1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Patrick Froehlich, Gaëlle Josse, Colin Lemoine, Lina Wolff... les brèves critiques du « Monde des livres »
Le Monde05/04/2019 à 06:00

Romans, biographie, dystopie... Retrouvez chaque semaine notre sélection de livres en bref.

ROMAN. Mémoire chirurgicale « Ce côté et l'autre de l'océan. Corps étrangers II », de Patrick Froehlich, Les Allusifs, 168 p., 13 €.

Faisant suite à Avant tout ne pas nuire (Les Allusifs, 2018), Ce côté et l'autre de l'océan est le deuxième volume d'une ­trilogie intitulée Corps étrangers. Après avoir interrogé son rapport à la douleur, la sienne et celle de ses patients, ­l'ancien chirurgien en pédiatrie qu'est Patrick Froehlich ­traque une mémoire plus ancienne. Il retrouve la question de la violence dès la rencontre des parents du narrateur, alors que le père est mobilisé en Algérie, et surtout celle de la reconduction : ayant lui-même souffert, enfant, des ­déménagements réguliers d'un côté à l'autre de l'Atlantique imposés par la carrière paternelle, n'a-t-il pas reproduit le même schéma en acceptant un poste hospitalier à Montréal, puis en imposant à ses enfants un long séjour à Bruxelles avant de repartir s'installer au Canada ? On le suit ici ­creusant une mémoire occultée, redécouvrant la ville de Poughkeepsie, dans la vallée de l'Hudson, où son père ­travaillait pour IBM, habité par le mythe américain et la grande utopie informatique des années 1970. Face au miroir familial troublé par les hantises parentales ou personnelles, l'écriture ­relève moins d'un dévoilement que d'un ­dépouillement visant au dépassement. La précision y est aussi prégnante que la sen­sibilité s'y montre à vif. B. Le.

BIOGRAPHIE. Les reflets de Vivian Maier « Une femme en contre-jour », d...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer