Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Patrice De Maistre nie un "trafic d'influence"

Reuters08/10/2012 à 23:50

PATRICE DE MAISTRE NIE UN "TRAFIC D'INFLUENCE"

BORDEAUX (Reuters) - L'ancien gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt a rejeté lundi tout "trafic d'influence" à propos de la légion d'honneur qui lui a été remise en 2008 par Eric Woerth, alors ministre du Budget du président de la République de l'époque, Nicolas Sarkozy.

Patrice de Maistre a été entendu par la juge d'instruction Cécile Ramonatxo sur ce volet de l'affaire Bettencourt.

Arrivé au tribunal de Bordeaux avec ses avocats en début de matinée, il n'a quitté son bureau qu'en milieu d'après-midi, a-t-on pris auprès d'une source familière du dossier.

L'épouse d'Eric Woerth avait été embauchée dans sa société l'année avant la décoration. Mais il a nié tout lien entre ces deux faits, a-t-on précisé de même source.

Patrice de Maistre a déclaré que la légion d'honneur avait été demandée par un de ses amis en 2006, puis par un autre ami en 2007 avant que l'accord ne soit donné par le ministère de l'Economie et des Finances.

Il a dit avoir choisi lui-même Eric Woerth pour la remise et assuré qu'il n'y avait aucun lien avec l'embauche de l'épouse du dans sa société, le choix ayant été fait, selon lui, sur le seul critère des compétences et après recours à un chasseur de têtes.

Patrice de Maistre a été mis en examen en juin dernier pour ces faits alors qu'il était en détention à la maison d'arrêt de Gradignan dans le cadre d'un autre volet de l'affaire.

Poursuivi pour abus de faiblesse, complicité d'abus de confiance et escroquerie aggravés par l'état de vulnérabilité au préjudice de Liliane Bettencourt il a été libéré après trois mois de détention. Il est sous contrôle judiciaire et a dû acquitter quatre millions d'euros de caution.

Les trois juges chargés de l'affaire, dont Jean-Michel Gentil, qui soupçonnent un financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par des fonds venant de la fortune Bettencourt, ont multiplié ces derniers temps les auditions, notamment dans l'entourage de l'ex-chef de l'Etat.

Après des perquisitions avant l'été au domicile et au bureau de Nicolas Sarkozy, l'ex-procureur de Nanterre (Hauts-de-Seine) Philippe Courroye a été aussi entendu comme témoin, en raison de soupçons de pressions de l'Elysée sur ce magistrat à l'époque où il conduisait l'enquête, en 2007-2010.

L'avocat de l'ex-président, Thierry Herzog, et certains de ses anciens proches collaborateurs à l'Elysée, dont l'ex-secrétaire général Xavier Musca et deux ex-conseillers pour la justice, Patrick Ouart et Jean-Pierre Picca, ont aussi été entendus à la brigade financière à Paris.

Tous ont été interrogés sur des rendez-vous avec Nicolas Sarkozy en 2009, 2010 et 2011 et figurant dans les agendas saisis à son domicile et dans ses bureaux.

Eric Woerth a été réentendu le 5 septembre et confronté à Claire Thibout, ancienne comptable de la famille Bettencourt.

Celle-ci maintient que Patrice de Maistre lui a réclamé, pendant la campagne de 2007 150.000 euros en liquide qu'il voulait remettre à Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP.

Claude Canellas, édité par Thierry Lévêque, Yves Clarisse et Emmanuel Jarry

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.