Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de recours au privé prévu pour la dépendance

Reuters07/09/2012 à 18:52

LE GOUVERNEMENT ÉCARTE LE RECOURS AU PRIVÉ POUR FINANCER LA DÉPENDANCE

par Jean Décotte

TOULOUSE (Reuters) - L'hypothèse de financer en France la prise en charge des personnes âgées dépendantes par un système d'assurances privées est écartée, a déclaré vendredi la ministre déléguée chargée des Personnes âgées, qui a promis un projet de loi sur cette question avant mi-2014.

En déplacement à Toulouse, Michèle Delaunay a également exclu la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale "en l'état actuel" des choses et a mis en avant le recours au dépistage et à la prévention pour différer l'apparition de la dépendance.

Grande réforme promise par Nicolas Sarkozy, le projet de création d'un "cinquième risque" de l'Assurance maladie avait fait l'objet d'une large consultation au cours du précédent quinquennat, avant d'être finalement ajourné.

"Dans l'état actuel, le cinquième risque, c'est-à-dire la cinquième branche de la Sécurité sociale, est une hypothèse qui est écartée", a dit Michèle Delaunay à la presse au sortir d'une table ronde avec des médecins, élus et chercheurs à l'hôpital Garonne de Toulouse.

"À l'inverse, ce sera une prise en charge par la solidarité nationale. Les hypothèses assurantielles sont définitivement écartées et je veux rassurer les Français de ce point de vue parce qu'elles étaient totalement inéquitables."

La ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie a dit que le projet de loi sur la dépendance s'articulerait autour de trois axes : "l'anticipation", pour prévenir au maximum l'apparition de la dépendance, "l'adaptation de la société" et "l'accompagnement" des personnes en lourde perte d'autonomie.

"Sauf événement majeur, ce projet sera opérationnel, validé et valide dans la première moitié du quinquennat", a-t-elle dit.

FAIRE DES ÉCONOMIES

Auparavant, Michèle Delaunay avait visité la "Plateforme d'évaluation des fragilités et de prévention de la dépendance" créée au Gérontopôle toulousain pour détecter les signes de perte d'autonomie.

Cette plateforme, unique en France et qui "doit faire école" selon la ministre, a pour objectif de détecter au plus tôt les personnes âgées "fragiles", menacées de dépendance.

Une équipe d'infirmières et de médecins y reçoit des personnes âgées repérées par leur médecin traitant, les soumet à des tests de mémoire, de vitesse de marche, d'équilibre, de nutrition, de vision ou encore d'audition et leur fournit des recommandations "médicales, nutritionnelles, fonctionnelles et sociales" pour retarder la dépendance.

"Nous devons non seulement nous mobiliser pour accompagner dans la dignité, dans l'honneur et dans le bien-être (...) les personnes même en grave perte d'autonomie", a souligné Michèle Delaunay.

"Mais nous devons, par obligation humaine mais aussi par contrainte financière, tout faire pour allonger le temps de vie sans incapacité notable (...). Si on regarde les courbes de dépenses de santé, c'est la période finale qui coûte très cher, la période de lourde prise en charge qui coûte le plus cher."

Le Pr Bruno Vellas, président de la Société mondiale de gériatrie et gérontologie et directeur du Gérontopôle au CHU de Toulouse, a déclaré que la détection de la "fragilité" était un "moyen de faire des économies et une source de croissance" dans un domaine où "la France a une avance importante".

"Qui est décédé pendant la canicule ou le grand froid ? C'est la personne âgée fragile, pas la personne âgée dépendance qui faisait l'objet d'un suivi étroit", a-t-il fait valoir lors d'une présentation devant la ministre.

Le Gérontopôle toulousain, lancé en 2007, a obtenu vendredi une nouvelle lettre de mission signée de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, l'incitant à "poursuivre (...) ses travaux de recherche autour du vieillissement".

Edité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.