Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de recomptage au Gabon sans la Cour constitutionnelle-Bongo

Reuters07/09/2016 à 18:15
    * Un nouveau décompte pas du ressort de Bongo 
    * Il accuse son rival de fraudes 
    * Six Franco-Gabonais doivent être jugés au Gabon 
 
 (Actualisé avec nouvelle déclaration, § 13) 
    PARIS, 7 septembre (Reuters) - Ali Bongo, dont la réélection 
à la présidence du Gabon est contestée par l'opposition, a 
affirmé mercredi qu'il n'y aurait de nouveau décompte des 
suffrages qu'en cas de saisine de la Cour constitutionnelle. 
    L'Union européenne a mis en doute les résultats du scrutin 
du 27 août et le Premier ministre français, Manuel Valls, a 
suggéré mardi qu'il serait sage de recompter les voix mais, 
selon Ali Bongo, la décision ne dépend pas de lui. 
    "Nous avons une loi qui a été votée en 1996 et qui régit 
tout le processus électoral, je ne peux pas, moi, violer la 
loi", a-t-il déclaré lors d'un entretien réalisé dans la nuit 
par RTL. 
    "En ce qui concerne le recomptage, cela est prévu dans le 
cadre de la loi et se fait au niveau de la Cour 
constitutionnelle", a ajouté le président élu, qui a pris en 
2009 la succession de son père, Omar, à la mort de celui-ci. 
    La proclamation des résultats a déclenché des violences, qui 
ont fait trois morts selon Ali Bongo, plusieurs dizaines selon 
son adversaire Jean Ping, lequel revendique aussi la victoire et 
exhorte la communauté internationale à réagir. 
    Selon cet ancien ministre passé dans l'opposition, la 
participation dans la province du Haut-Ogooué, dans le sud-est 
du pays, a été gonflée pour assurer la victoire d'Ali Bongo 
d'une faible marge - moins de 6.000 voix. 
     
    LES OBSERVATEURS SE SONT "MAL COMPORTÉS" 
    Le chef de l'Etat, qui exclut pour l'heure l'hypothèse d'un 
gouvernement d'union nationale, accuse lui aussi le camp adverse 
de tricheries. 
    "Nous avons relevé certaines anomalies (...) M. Ping a 
fraudé", a déclaré Ali Bongo lors d'une autre interview, 
diffusée sur Europe 1. "Moi, je n'ai pas mis en place tout un 
système avec des cyber criminels pour venir frauder." 
    Il dénonce également l'attitude de la mission de l'UE, selon 
laquelle des irrégularités ont été constatées dans la province 
du Haut-Ogooué. 
    "Nous avons des cas où certains observateurs de l'Union 
européenne ont outrepassé la mission qui était la leur (...) 
Certains membres de la délégation d'observateurs de l'Union 
européenne se sont mal comportés", a-t-il dit sur Europe 1. 
    Selon lui, six personnes possédant les nationalités 
française et gabonaise ont été arrêtées durant les heurts, 
tandis que la France évalue à une quinzaine le nombre de ses 
ressortissants dont elle est sans nouvelles.        
    "De ce que le ministre des Affaires étrangères m'a indiqué, 
il y en a six. (...) Ils sont arrêtés, certainement avec tout le 
lot de manifestants, de casseurs, pilleurs, braqueurs que nous 
avons arrêtés", a dit Ali Bongo sur Europe 1. 
    Dans l'après-midi, il a précisé sur Twitter que ces 
personnes seraient jugées au Gabon.   
    Manuel Valls a demandé mardi au Gabon que "tout soit fait" 
pour retrouver les ressortissants français. 
    La famille Bongo dirige le pays depuis un demi-siècle. 
 
 (Simon Carraud avec Julien Ponthus, édité par Nicolas Delame) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.