1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de groupe pour Marine Le Pen au Parlement européen
Reuters24/06/2014 à 10:58

PAS DE GROUPE POUR MARINE LE PEN AU PARLEMENT EUROPÉEN

PARIS (Reuters) - Marine Le Pen n'est pas parvenue à constituer un groupe au Parlement européen sur la lancée de son succès aux élections européennes avant le délai imparti du 24 juin au soir, a confirmé mardi Florian Philippot à Reuters.

"Nous n'avons pas de groupe, pour le moment en tout cas", a dit le vice-président du Front national.

"Mais nos élus, les plus nombreux de la délégation française, seront là pour défendre, groupe ou pas groupe, les intérêts de la France en toute circonstance", a-t-il ajouté.

Marine Le Pen pouvait compter avec ses quatre alliés historiques - Parti de la Liberté (PVV) néerlandais, Vlaams Belang belge, FPÖ autrichien et Ligue du Nord italienne - sur un nombre de députés suffisant, mais ceux-ci devaient provenir de sept nationalités différentes, ce qui compliquait la tâche.

En outre, la dirigeante du FN a souffert de la rivalité de Nigel Farage, le chef du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), qui s'est payé le luxe de former un groupe la semaine dernière en débauchant une députée FN.

Baptisé "Europe de la liberté et de la démocratie", le groupe qu'il a réussi à former rassemble le Mouvement 5 étoiles de l'humoriste italien Beppe Grillo, le parti lituanien Ordre et justice, les Démocrates suédois ainsi qu'un élu tchèque, un Letton et une Française dont l'arrivée a donc été décisive.

Fin mai à Bruxelles, Marine Le Pen s'était pourtant dite confiante dans la possibilité de constituer un groupe en compagnie de ses alliés. Geert Wilders, le chef du PVV néerlandais, avait qualifié leur rencontre "d'historique".

Mais les options étaient minces, le Front national excluant de s'allier avec certains partis, comme les néonazis d'Aube dorée (Grèce) ou du Parti national-démocrate (Allemagne), qu'il juge infréquentables.

Il pouvait tenter de séduire le Congrès de la nouvelle droite polonais, qui a effectué une percée inattendue à 7,06% des voix dans ce pays réputé europhile. Ou négocier avec le parti lituanien Ordre et justice, qui a obtenu deux eurodéputés.

(Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

11 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Karama7
    24 juin11:09

    Des groupes soit disant "europhobes" qui le sont nettement moins une fois élu ... Et dire qu'il y en a qui pensait que leur vote allait changer quelque chose ... Mouton et crédule ...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer