Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pas de génocide entre Serbie et Croatie dans les années 1990-CIJ

Reuters 03/02/2015 à 15:54

(Précisions, contexte) LA HAYE, 3 février (Reuters) - La Cour internationale de justice (CIJ) a estimé mardi que ni la Croatie ni la Serbie n'avaient commis de génocide envers la population de l'autre camp durant les conflits déclenchés par la dislocation de la Yougoslavie au cours des années 1990. Nombre de crimes ont été commis par les forces armées de ces deux pays durant le conflit mais l'intention de commettre un génocide, en "anéantissant une population dans son ensemble ou en partie", n'a pas été prouvée, a déclaré Peter Tomka, président de la CIJ, qui siège à La Haye. Les deux pays ont dit espérer que cet arrêt marquerait un tournant dans les relations bilatérales, qui se sont améliorées depuis la guerre mais demeurent par moments très tendues. "Cela permet de tourner une page du passé et j'ai la conviction que nous allons écrire désormais une nouvelle page, meilleure, moins sombre", a déclaré à la presse à La Haye le ministre serbe de la Justice, Nikola Selakovic. La ministre croate des Affaires étrangères, Vesna Pusic, a déclaré espérer que ce règlement contribuerait "à clore ce chapitre de l'histoire et à aller vers une période meilleure et plus sûre pour les habitants de cette région d'Europe". La Croatie, entrée dans l'Union européenne en 2013, avait engagé en 1999 des poursuites contre Belgrade pour génocide et la Serbie, aujourd'hui candidate à l'UE, a fait de même à l'encontre de Zagreb, mais seulement en 2010. "La Croatie n'a pas démontré que la seule conclusion raisonnable à tirer était l'intention de détruire en totalité ou en partie la communauté (croate)", a dit Peter Tomka à propos des opérations militaires serbes contre des villes croates et de l'expulsion de populations civiles en Slavonie et en Dalmatie. Rejetant également les accusations de Belgrade contre Zagreb, il a estimé que la Croatie n'avait pas non plus commis de génocide lorsqu'elle a lancé en 1995 une offensive contre les séparatistes serbes de la région de la Krajina et provoqué un exode de plusieurs centaines de milliers de civils. "Des actes de nettoyage ethnique peuvent participer d'un projet de génocide mais seulement s'il y a intention d'anéantir physiquement la communauté visée", a dit le président de la CIJ. Les juges ont rejeté les accusations de Zagreb contre la Serbie par quinze voix contre deux. Les accusations de la Serbie contre la Croatie ont été rejetées à l'unanimité. Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui siège aussi à La Haye, a établi de longue date qu'un génocide avait été commis en Bosnie, où plus de 8.000 musulmans ont été massacrés à Srebrenica lors de la chute de cette enclave aux mains des forces bosno-serbes, durant l'été 1995. (Thomas Escritt; Eric Faye pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.