Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de CSG pour combler le trou de la sécu, confirme Touraine

Reuters31/07/2012 à 13:47

LA CSG EN CHIFFRES

PARIS (Reuters) - La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a à son tour exclu mardi toute hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) pour équilibrer les comptes de la sécurité sociale.

Interrogée sur BFM TV et RMC, elle a confirmé que le gouvernement étudiait la possibilité d'utiliser des fonds du grand emprunt pour financer la modernisation des hôpitaux et s'est prononcée en outre pour une politique de "hausse plus significative" des prix du tabac.

Après le ministre du Budget Jérôme Cahuzac lundi, Marisol Touraine a exclu un recours à la CSG pour financer les déficits de la sécurité sociale.

"Il n'a jamais été question d'une hausse de la CSG pour le budget de la sécurité sociale", a-t-elle dit. "La droite nous a légué un déficit important (...) mais nous n'allons pas augmenter la CSG pour faire face à ce trou."

"Il nous faut à la fois trouver une diversification, de nouvelles sources de financement, et c'est ce que nous avons commencé à faire cet été en mettant a contribution les revenus du capital (...) et nous allons aussi faire en sorte de permettre des économies, de mieux maîtriser les dépenses pour réduire le fameux trou de la sécurité sociale", a encore déclaré la ministre.

Elle a ajouté que la réflexion lancée avec les syndicats et le patronat lors du sommet social de la mi-juillet devait déboucher sur des solutions pour "garantir que, dans la durée, la protection sociale sera financée et bien financée."

HAUSSES PLUS SIGNIFICATIVES POUR LE TABAC

S'agissant du recours au grand emprunt pour les hôpitaux, évoqué lundi par Les Echos, Marisol Touraine a indiqué qu'il ne s'agissait pas de venir ainsi en aide aux établissements confrontés à des problèmes de trésorerie. Pour ceux-là, "le gouvernement fait ce qu'il doit pour (leur) permettre de faire face à leurs besoins", a-t-elle assuré.

"Et il y a d'un autre côté des besoins d'investissement, notamment dans les grands centres hospitaliers, pour avoir des plates-formes modernes, des plates-formes de recherche, des plates formes d'innovation et c'est en direction de cet investissement d'avenir que nous réfléchissons à trouver des fonds qui ne sont pas des fonds de la sécurité sociale quotidienne mais par exemple l'argent du grand emprunt."

Interrogée sur la hausse prochaine de 6% des prix du tabac, critiquée par des associations en raison de son caractère limité, la ministre des Affaires sociales a souligné qu'elle était prévue dans le cadre d'un plan engagé depuis plusieurs mois.

Mais elle a reconnu que la lutte contre le tabagisme, qui coûte selon elle chaque année 18 milliards d'euros à la sécurité sociale, ne saurait passer "uniquement par des petites hausses du prix de la cigarette."

"Il faut une politique de hausses plus significatives", a-t-elle dit en annonçant que le gouvernement allait entamer une réflexion sur une "une politique globale de lutte contre le tabac chez les jeunes, les femmes enceintes."

Si aucune hausse supplémentaire n'est prévue à la rentrée, Marisol Touraine a indiqué qu'elle n'excluait pas, dans le cadre d'un plan plus général, "de nouvelles augmentations de la fiscalité, en particulier qui pèse sur les entreprises".

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.