Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de contrôles aux frontières en Irlande du Nord-May

Reuters25/07/2016 à 20:01
 (Actualisé avec déclarations de Theresa May) 
    par Amanda Ferguson 
    BELFAST, 25 juillet (Reuters) - La Grande-Bretagne ne veut 
pas le retour des contrôles aux frontières en Irlande du Nord, a 
déclaré lundi la Première ministre Theresa May à l'occasion de 
sa première visite dans ce territoire du pays depuis que ce 
dernier s'est prononcé en faveur d'une sortie de l'Union 
européenne. 
    Le résultat du référendum du 23 juin, avec 52% des électeurs 
britanniques qui ont voté en faveur d'un "Brexit", soulève toute 
une série de questions pour l'Irlande du Nord, dont notamment 
l'impact d'une telle décision sur la paix dans une région 
marquée par des décennies de violences. 
    Il s'agira également de savoir ce qu'il adviendra des 
milliards de livres de subventions versées par l'Union 
européenne et de la frontière ouverte avec la République 
d'Irlande, qui sera la seule frontière terrestre de la 
Grande-Bretagne avec l'Union européenne une fois qu'elle en sera 
effectivement sortie. 
    "Pendant de nombreuses années il y a eu une zone de 
circulation commune entre le Royaume-Uni et la République 
d'Irlande, bien avant que l'un ou l'autre pays ne devienne 
membre de l'Union européenne. Personne ne veut revenir aux 
frontières du passé", a déclaré Theresa May, en référence à une 
liberté de circulation qui existe depuis les années 1920 entre 
les deux pays. 
    "Ce que nous voulons c'est de trouver (...) une solution 
pratique pour tout le monde (...)", a-t-elle ajouté. 
    A contre-courant du vote national, l'Irlande du Nord s'est 
prononcé à hauteur de 56% en faveur d'un maintien dans l'Union 
européenne. 
     
    INQUIÉTUDES POUR LE PROCESSUS DE PAIX 
    Theresa May s'est exprimée après avoir rencontré la chef de 
l'exécutif nord-irlandais, Arlene Foster, qui était en faveur 
d'un "Brexit", et Martin McGuinness, vice-Premier ministre 
d'Irlande du Nord, qui s'était prononcé pour un maintien dans 
l'Union européenne. 
    Après le vote du 23 juin, ce dernier, membre du Sinn Fein,  
l'ex-branche politique de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), 
avait proposé d'organiser un référendum sur l'indépendance de 
l'Irlande du Nord afin de rester dans l'UE. 
    Martin McGuinness a dit avoir eu une franche discussion avec 
Theresa May, mettant en avant les souhaits des électeurs 
nord-irlandais. 
    "Je m'exprime au nom des gens du Nord, qu'ils soient 
unionistes ou nationalistes, et j'ai clairement dit qu'ils 
voyaient leur avenir au sein de l'Europe (...)", a-t-il dit. 
    Les dirigeants au nord et au sud de la frontière irlandaise 
veulent s'assurer que les personnes et les marchandises 
continueront à circuler librement après le "Brexit". 
    Arlene Foster, à la tête de la principal parti en faveur de 
l'union avec la Grande-Bretagne, a dit avoir insisté auprès de 
Theresa May qu'il ne devait y avoir aucune frontière intérieure 
au sein du Royaume-Uni, ajoutant avoir été satisfaite de la 
réponse de la Première ministre à ce sujet. 
    Une coalition d'hommes politiques et de militants des droits 
de l'homme d'Irlande du Nord a menacé dans la journée d'engager 
un recours en justice contre toute décision du gouvernement 
britannique de quitter l'Union européenne, si le processus de 
paix consacré par l'accord' du Vendredi saint en 1998 n'est pas 
préservé. 
    Certaines personnalités politiques d'Irlande du Nord ont 
averti qu'un "Brexit" pourrait nuire à cet accord, en 
rétablissant une véritable frontière avec la République 
d'Irlande et en érodant l'assise juridique sur laquelle il 
repose, avec notamment des références à l'UE. 
    L'accord de paix du Vendredi saint, conclu en avril 1998, a 
mis fin à une trentaine d'années d'affrontements entre 
nationalistes catholiques et unionistes protestants, qui ont 
fait plus de 3.600 morts, et a permis la mise en place d'un 
exécutif biconfessionnel à Belfast. 
 
 (Amanda Ferguson; Laura Martin, Eric Faye pour le service 
français, édité par Benoît Van Overstraeten) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.