Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas d'anonymat pour les parrainages à la présidentielle

Reuters21/02/2012 à 20:41

LES PARRAINAGES À LA PRÉSIDENTIELLE CONTINUERONT À ÊTRE RENDUS PUBLICS

par Emile Picy

PARIS (Reuters) - Les noms des élus parrainant les candidats à l'élection présidentielle en France continueront à être rendus publics contrairement à ce que souhaitait le Front national dont la candidate Marine Le Pen peine à recueillir les 500 signatures requises.

Le Conseil constitutionnel a rejeté mardi une question prioritaire de constitutionnalité déposée par le FN qui réclamait l'anonymat pour les parrains afin d'éviter qu'ils ne subissent des pressions.

"Au total, le Conseil a rejeté les griefs tirés de la méconnaissance du principe du pluralisme des courants d'idées et d'opinions et du principe d'égalité devant la loi. Il a jugé conforme à la Constitution le cinquième alinéa du paragraphe I de l'article 3 de la loi du 6 novembre 1962", annoncent les "Sages" dans un communiqué.

Cet alinéa de la loi relative à l'élection du président de la République dispose que les noms des élus-parrains, qui doivent être au nombre de 500 minimum par candidat, "sont rendus publics par le Conseil constitutionnel huit jours au moins avant le premier tour de scrutin, dans la limite du nombre requis pour la validité de la candidature".

Les "Sages" ont estimé que la présentation des candidats ne pouvait être assimilée à un vote et n'était donc pas tenue aux principes d'égalité et de secret du suffrage.

En outre, la publicité ne va pas à l'encontre du principe du pluralisme des courants d'idées et d'opinions, souligne le Conseil constitutionnel.

La question prioritaire de constitutionnalité avait été déposée par le Front national et avait reçu le soutien de plusieurs "petits" candidats, comme Corinne Lepage (Cap21) et Christine Boutin, chef de file du Parti chrétien-démocrate et ralliée depuis une semaine à la candidature de Nicolas Sarkozy.

"TARTINE"

"C'est une défaite pour la démocratie", a réagi Marine Le Pen sur BFM TV. "C'est une défaite pour les centaines de maires de petites communes qui attendaient du Conseil constitutionnel qu'il ait le courage de mettre fin à un système utilisé par les deux grands partis au détriment des autres candidats."

Interrogée sur l'avancée de sa course aux parrainages, elle a répondu : "Nous en sommes à 430 parrainages, c'est donc assez peu, ce ne sont que des promesses, ce n'est pas suffisant pour nous rassurer."

"Le but c'est de me gêner, de m'épuiser sur le plan politique (...) de m'épuiser financièrement, tant que je n'ai pas mes parrainages définitifs et qu'il existe un doute, j'ai le plus grand mal à obtenir des prêts pour faire ma campagne, j'ai déjà été obligée d'annuler des meetings parce que je n'ai pas les moyens de faire campagne."

Dans la matinée, Jean-Marie Le Pen s'était montré confiant sur les capacités de sa fille à recueillir les 500 parrainages requis.

"Ça ne m'étonne pas outre mesure, a-t-il dit à Reuters TV après l'annonce de la décision du Conseil constitutionnel. Les neuf membres du Conseil constitutionnel sont nommés par le président de l'Assemblée, celui du Sénat et par le président de la République, par conséquent ils savent de quelle côté leur tartine est beurrée."

"HYPOCRISIE"

Lors de l'audience du 16 février au Conseil constitutionnel, le FN avait plaidé pour l'anonymat des "parrains" et Marine Le Pen avait affirmé que des élus subissaient des pressions pour ne pas lui accorder leur signature.

Corinne Lepage, qui demandait l'abrogation de la modification de la loi, a dénoncé "l'hypocrisie qui consiste à vanter le référendum pour mieux bafouer le vote qui en résulte est avérée."

"Je lance un appel à tous les maires indépendants, qui ont dans l'histoire été bien souvent des exemples de courage, à résister et à donner des parrainages quelles que soient les pressions auxquelles ils sont soumis", écrit-elle dans un communiqué.

La décision "n'est pas surprenante mais elle est décevante", a estimé pour sa part Christine Boutin qui proposait que le parrainage s'élargisse aux conseillers municipaux afin de permettre aux minorités de s'exprimer.

avec Marine Pennetier, édité par Patrick Vignal

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.