Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas d'aides publiques à la filière automobile sans contrepartie

Reuters18/07/2012 à 23:14

LES AIDES PUBLIQUES À L?AUTOMOBILE N?IRONT PLUS DÉSORMAIS SANS CONTREPARTIE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a fait savoir mercredi que la filière automobile, en proie à des problèmes de surcapacités, n'obtiendrait plus d'aides publiques sans contrepartie des constructeurs.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui a reçu en fin de journée Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën, a dit avoir "un vrai problème" avec la stratégie du constructeur automobile et a répété qu'il souhaitait rencontrer la famille Peugeot, actionnaire principal de PSA Peugeot Citroën avec 25,4% du capital.

"Il y a dans la filière automobile de nombreuses aides publiques qui sont apportées par les contribuables", a déclaré le ministre sur France Inter, citant en particulier le chômage partiel, la prime à la casse, le bonus-malus, le crédit impôt recherche et la baisse de la taxe professionnelle.

"Notre stratégie, c'est que les aides publiques, qui d'ailleurs font partie des demandes de la filière automobile, ne seront pas données sans contrepartie", a-t-il ajouté.

Rien n'a filtré mercredi soir du face-à-face entre le ministre et le président du directoire de PSA à Bercy. Une source ministérielle a indiqué que Thierry Peugeot, président du conseil de surveillance de PSA, serait reçu à son tour par Arnaud Montebourg à Bercy le 26 juillet.

Emmanuel Sartorius, l'expert du gouvernement sur le dossier PSA, verra lui aussi le représentant de la famille Peugeot, ce vendredi, au siège parisien du groupe.

PROBLÈME DE COMPÉTITIVITÉ

Réagissant à la restructuration dévoilée par PSA - suppression de 8.000 postes supplémentaires en France et fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis - Arnaud Montebourg a dit sur France Inter que le gouvernement n'était pas dans "une logique sociale".

"Je ne suis pas en train de discuter de reclassements de salariés, nous en sommes aujourd'hui à examiner la réelle situation", a-t-il poursuivi, ajoutant ne pas avoir "une confiance extraordinaire" dans la direction de Peugeot.

Réagissant aux critiques dont elle fait l'objet depuis maintenant une semaine, la famille Peugeot a déclaré dans une note publiée mercredi avoir "toujours donné la priorité au développement du groupe et à sa stratégie, n'hésitant pas à diluer sa participation quand la situation le requérait".

Dans le cadre de ses consultations sur le dossier PSA, Arnaud Montebourg a également rencontré mardi soir les syndicats du groupe, qu'il reverra fin juillet. Le gouvernement doit également présenter le 25 juillet un plan d'aide à la filière automobile.

"Nous nous écartons de la prime à la casse et nous nous dirigeons vers un soutien massif vers les véhicules innovants et propres", a expliqué le ministre du Redressement productif, se disant "très tenté" d'accentuer les mesures qui concernent le bonus-malus écologique.

Le même jour, PSA publiera ses résultats semestriels, qui devraient faire apparaître une perte opérationnelle courante de l'ordre de 700 millions d'euros dans la division automobile. Un nouveau comité central d'entreprise (CCE) sur la restructuration se tiendra également ce jour-là.

Pour le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, les mesures de restructuration annoncées par PSA illustrent la nécessité d'améliorer la compétitivité des entreprises françaises en baissant le coût du travail.

Egalement membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, Christian Noyer a déjà plaidé pour une vaste réforme du marché du travail, en rapprochant notamment les différents contrats de travail.

Avec PSA et ses nouvelles suppressions de postes, "il y a la démonstration qu'on a un problème de compétitivité en France, c'est un problème qui est bien identifié, c'est un problème auquel il faut s'attaquer", a-t-il dit sur Europe 1.

Chine Labbé, Jean-Baptiste Vey, Matthieu Protard et Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.