Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris veut lever rapidement l'embargo sur les armes en Syrie

Reuters15/03/2013 à 08:47

APPELS À LEVER RAPIDEMENT L'EMBARGO SUR LES ARMES EN SYRIE

BRUXELLES (Reuters) - La France et le Royaume-Uni ont appelé jeudi leurs partenaires européens à lever rapidement l'embargo sur les livraisons d'armes à l'opposition syrienne, faute de quoi, a prévenu François Hollande, Paris pourrait agir unilatéralement.

Le président français a évoqué devant la presse les 100.000 victimes qu'a fait selon lui le conflit ainsi que "des craintes quand à l'utilisation des armes chimiques" par le régime du président syrien Bachar al Assad.

"Nous avons pour objectif, le Royaume-Uni et la France, de convaincre nos partenaires avant la fin du mois de mai et si possible avant", a indiqué le président français lors d'une conférence de presse jeudi soir.

"Si d'aventure il devait y avoir un blocage d'un ou deux pays, je connais un certain nombre de réticences, alors, je ne peux pas m'engager pour d'autres que la France, mais la France elle-même, prendrait ses responsabilités", a averti le chef de l'Etat.

François Hollande s'est entretenu en privé avec le Premier ministre britannique David Cameron en marge du sommet et les Vingt-Sept discuteront ensemble vendredi du dossier.

Les décisions européennes en matière de politique étrangère se prenant à l'unanimité des Vingt-Sept, il suffirait à la France ou au Royaume-Uni d'opposer leur veto à cette reconduction pour que l'embargo soit automatiquement levé, ce qui lui permettrait de livrer des armes susceptibles d'établir un équilibre des forces.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait déjà annoncé jeudi matin que Paris et Londres pourraient voter contre la reconduction de l'embargo européen sur les livraisons d'armes à l'opposition syrienne.

Laurent Fabius a ajouté que Paris et Londres demanderaient d'avancer la réunion des ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept prévue le 22 avril pour réexaminer le maintien de l'embargo reconduit le 1er mars dernier jusqu'au 31 mai.

"Il faut aller très vite", a-t-il dit. "Les Européens devraient reprendre cette question dans quelques semaines mais nous allons demander avec les Britanniques que la réunion qui prévoit l'examen de tout ça soit avancée."

"S'il n'y a pas de position commune, de position internationale commune, il pourrait y avoir une position commune de la France et de la Grande-Bretagne pour armer l'opposition", a-t-il dit en précisant qu'il s'agissait de "lever l'embargo".

"AGIR A NOTRE FACON"

Le Premier ministre britannique David Cameron avait adopté dès mardi une position similaire.

"J'espère que nous réussirons à convaincre nos partenaires européens et que si de nouvelles modifications (à l'embargo en vigueur, NDLR) se révèlent nécessaires, ils seront d'accord avec nous", a déclaré le Premier ministre britannique devant une commission parlementaire.

"Mais s'ils ne le peuvent pas, alors il n'est pas totalement exclu que nous soyons obligés d'agir à notre façon. C'est possible", a-t-il dit.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, s'est déclaré jeudi dans un communiqué prêt à "discuter immédiatement" de la nécessité d'une modification des sanctions qui frappent la Syrie, dont l'embargo fait partie.

Selon un responsable français de haut rang, la livraison à l'opposition de missiles sol-air susceptibles d'abattre les avions du régime de Bachar al Assad est envisagée.

"Les arguments bien connus contre la livraison d'armes aux rebelles - trouver d'abord une solution politique, ne pas militariser la situation ou la crainte que les armes ne tombent dans de mauvaises mains - perdent de leur impact", dit-il.

"Nous avons maintenant identifié où les armes peuvent aller et qui peut les obtenir. La pression sur Bachar ne fonctionne pas et nous ne pouvons pas accepter qu'une partie continue à se faire assassiner", a-t-il ajouté.

La Russie a réaffirmé quant à elle mercredi son opposition à la fourniture d'armes à l'opposition.

"Je pense que le droit international stipule que cela n'est pas possible et je pense qu'armer l'opposition est une infraction au droit international", a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une conférence de presse à Londres.

Julien Ponthus, avec John Irish et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse et Hélène Duvigneau


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.