Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris prône un "langage châtié" après les propos prêtés à Trump
Reuters12/01/2018 à 13:48

PARIS PRÔNE UN "LANGAGE CHÂTIÉ" APRÈS LES PROPOS PRÊTÉS À TRUMP

PARIS PRÔNE UN "LANGAGE CHÂTIÉ" APRÈS LES PROPOS PRÊTÉS À TRUMP

PARIS (Reuters) - L'"honneur" des responsables politiques est de conserver un "langage châtié", en particulier à l'égard des pays les plus vulnérables, a estimé vendredi le porte-parole du gouvernement français, après les propos sur des "pays de merde" prêtés au président américain Donald Trump.

"Je crois que dans ces circonstances le silence est préférable à toute réaction", a déclaré Benjamin Griveaux, lors du compte rendu du conseil des ministres, à l'Elysée. "Il n'est évidemment pas souhaitable de caractériser quelque pays que ce soit - et encore moins des populations qui viennent de pays qui ont beaucoup souffert ces dernières années - de la manière dont ils ont été supposément qualifiés par le président américain".

"Il faut garder un langage châtié en particulier quand on parle de pays qui ont été victimes parfois d'intempéries, de grande pauvreté, et qui sont dans une grande détresse", a-t-il ajouté. "C'est aussi ça l'honneur de responsables politiques de pays qui ont des niveaux de développement plus élevés".

Selon l'entourage du président américain, Donald Trump s'est demandé jeudi si les Etats-Unis devaient accueillir des migrants en provenance d'Haïti et d'Afrique, pays et continent qu'il a qualifiés de "pays de merde".

Ces propos ont été dénoncés par le porte-parole du haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme qui a condamné des déclarations "racistes", "choquantes" et "honteuses"..

(Marine Pennetier et Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    13 janvier10:39

    paris devrait commencer par s'occuper des discours de mister micron qui sont loin d'etre respectueux des autres.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer