1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris n'a pas renforcé la crédibilité des règles de l'UE-Weidmann
Reuters13/12/2014 à 13:49

PARIS, 13 décembre (Reuters) - La France, qui a renoncé à ramener son déficit public sous 3% du produit intérieur brut en 2015 comme elle s'y était auparavant engagée, "n'a pas renforcé la crédibilité des règles européennes", déclare samedi le président de la Bundesbank au Figaro. Interrogé sur la décision de la Commission européenne, gardienne des règles de l'UE, de reporter à mars son jugement sur le projet de budget 2015 de la France, Jens Weidmann répond : "J'aurais attendu des décisions plus claires." "Il serait malencontreux si l'impression s'installait que les règles sont finalement négociables et que la consolidation budgétaire pouvait être encore et toujours reportée par les gouvernements nationaux", dit-il dans cet entretien également accordé à la Republicca et El Pais. La Commission européenne a averti la France fin novembre qu'elle n'hésiterait pas à la sanctionner si elle ne mettait pas rapidement en oeuvre des réformes structurelles pour améliorer ses perspectives de croissance et ses finances publiques. Mais elle a reporté toute décision à mars. ID:nL6N0TI244 "Je suis convaincu que des grands pays comme l'Allemagne, la France ou l'Italie ont une responsabilité particulière dans la crédibilité des règles dont nous sommes convenus", dit Jens Weidmann. "La France a annoncé qu'elle n'atteindra pas l'objectif de déficit convenu en 2015 et elle a reporté clairement plus loin la correction prévue de son déficit excessif. De mon point de vue, cela n'a pas renforcé la crédibilité des règles européennes." Se disant "en accord avec la gouvernement français", le président de la Bundesbank rappelle que la Commission a indiqué que sa réduction du déficit, plus lente que prévue, ne serait pas atteinte sans mesures supplémentaires. "Il s'agit avant tout de réduire les taux de prélèvements obligatoires et de renforcer la compétitivité de l'économie, en faisant baisser les coûts du travail et en diminuant les rigidités du marché du travail", dit-il. Fitch Ratings a baissé vendredi la note souveraine de la France d'un cran à "AA" contre "AA+" auparavant, l'agence de notation estimant que la faiblesse de la conjoncture du pays mettait en péril les objectifs de réduction des déficits. ID:nL6N0TW3TB (Chine Labbé)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M8252219
    13 décembre15:58

    C'est changer la structure de l'économie français qui doit être mis en place,TVA SOCIALE, TOUS bénéficient,TOUS participent au financement,pas les seuls salariés et les entreprises réduire de moitié le nombre des parlementaires,plafonner et fiscaliser tous leurs revenus et avantages,supprimer le sénat et les régimes spéciaux,réduire de moitié le nombre des fonctionnaires,39hs pour TOUS,3jrs de carence en arrêt maladie pour TOUS,la retraite à 65 ans pour TOUS.

    Signaler un abus

  • M8252219
    13 décembre15:57

    Quand le 2eme partenaire de l’Europe fait un pieds de nez aux règles en vigueur pendant plusieurs années,l'Europe même est décrédibilisée.

    Signaler un abus

  • M8591130
    13 décembre14:20

    Il a raison

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer