1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris : il touche 16 000 euros pour 4 mois de détention provisoire abusive
Le Point19/11/2018 à 07:55

La cour d'appel de Paris a retenu, notamment pour aggraver le préjudice, les conditions de détention particulièrement difficile à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis ».

C'est l'histoire d'un jeune homme de 25 ans pris dans l'engrenage judiciaire. Du jour au lendemain, Sofiane s'est retrouvé en détention provisoire ? alors qu'il n'avait jamais été détenu ?, après s'être vu désigner comme l'un des protagonistes du vol d'un sac renfermant 100 000 euros de bijoux en plein c?ur de Paris. Incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), il a finalement été libéré après quatre mois passés derrière les barreaux, avant de bénéficier d'un non-lieu. Le 5 novembre dernier, la cour d'appel de Paris a reconnu qu'il avait subi une détention provisoire abusive et lui a octroyé la somme de 16 000 euros en réparation de son préjudice. Les juges ont estimé que Sofiane avait « subi un choc psychologique certain » lors de son incarcération. « Il justifie de conditions de détention particulièrement difficiles à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis qui faisait l'objet d'une surpopulation atteignant un seuil critique au moment de son incarcération », ont encore souligné les magistrats de la cour d'appel de Paris dans leur arrêt.

L'affaire qui a valu à Sofiane ce « séjour » derrière les barreaux remonte au 5 mars 2016. Ce jour-là, la fille d'un haut dignitaire tunisien se présente au commissariat du 8e arrondissement à Paris pour déposer une plainte après le vol de son sac à main dans le bar d'un hôtel de la rue de Castiglione (1er). La jeune femme explique avoir pris « un...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • lorifer
    19 novembre12:03

    Quelle honte, on dilapide l'argent du contribuable

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer