Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris "favorable" à un accord de libre-échange transatlantique

Reuters27/02/2013 à 18:52

PARIS "FAVORABLE" À UN ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE TRANSATLANTIQUE

PARIS (Reuters) - La France accueille "favorablement" la perspective d'un accord de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis, mais sera vigilante sur certains points, notamment l'agriculture, a déclaré mercredi Laurent Fabius.

Après l'échec de pourparlers ces vingt dernières années, les négociations entre les deux rives de l'Atlantique sur la conclusion d'un accord élargi sur le commerce et les investissements, prévues d'ici juin, semblent devoir aboutir.

"Nous savons que notre dialogue politique doit se fonder sur une relation transatlantique forte, notamment sur le plan économique", a déclaré mercredi Laurent Fabius lors d'un point presse aux côtés du secrétaire d'Etat John Kerry, qui effectue actuellement une tournée en Europe.

"Nous accueillons favorablement la perspective d'un accord de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis, dès lors bien sûr que cet accord sera favorable aux deux parties, et qu'il contribuera à la croissance et à l'emploi à la fois en Europe, aux Etats-Unis, et en France", a-t-il ajouté.

"Nous serons vigilants sur un certain nombre de sujets", a-t-il toutefois souligné, mentionnant notamment l'agriculture, les services audiovisuels et la propriété intellectuelle.

Un projet d'accord transatlantique a été bloqué par la France en 1998, qui redoutait à l'époque que l'Union européenne ne soit obligée à des concessions sur le commerce agricole.

Le commerce agricole demeure le principal point d'achoppement entre l'UE et les Etats-Unis, et la réduction des taxes dans l'agriculture devrait constituer le volet le plus difficile des discussions.

"UNE BELLE OPPORTUNITÉ POUR NOUS TOUS"

Mais les déclarations favorables à la conclusion d'un accord avant fin 2014 se multiplient en Europe et les propos du chef de la diplomatie française contrastent avec les réactions plus prudentes qui avaient accueilli l'offre faite par Barack Obama dans son discours sur l'état de l'Union, début février.

Il constituerait l'événement le plus important dans l'histoire du commerce international depuis la création de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) en 1995.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, qui recevait également John Kerry, a déclaré mardi que Berlin souhaitait voir débuter les négociations cet été, estimant qu'un partenariat apporterait "de la croissance et des emplois".

La chancelière allemande en personne a souligné la semaine dernière l'importance d'un tel accord, afin que l'Europe et les Etats-Unis s'entendent sur des normes commerciales et technologiques communes.

"Le partenariat transatlantique de commerce et d'investissements que le président Barack Obama vient d'annoncer est vraiment une belle opportunité pour nous tous", a de son côté répété mercredi le secrétaire d'Etat américain.

"C'est l'occasion, grâce à des échanges libres et non faussés, de relancer la croissance économique, de restaurer la compétitivité, de créer des millions d'emplois des deux côtés de l'Atlantique", a-t-il ajouté, rappelant que l'Union européenne est le premier partenaire commercial des Etats-Unis.

Cet accord de libre-échange pourrait accroître d'environ 0,5% la croissance européenne d'ici 2027, et de 0,4% celle des Etats-Unis, avec 86 milliards d'euros de recettes supplémentaires par an pour l'UE et 65 milliards d'euros outre-Atlantique.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.