Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris favorable à ce qu'Anne Lauvergeon préside le CA d'EADS

Reuters27/01/2013 à 18:53

PARIS FAVORABLE À CE QU'ANNE LAUVERGEON PRÉSIDE LE CA D'EADS

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français est favorable à la nomination de l'ex-présidente d'Areva Anne Lauvergeon à la présidence du conseil d'administration d'EADS, ont déclaré dimanche à Reuters les services du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Le poste est actuellement occupé par Arnaud Lagardère, dont le groupe éponyme a décidé de se retirer du capital du constructeur aéronautique européen, ainsi que l'allemand Daimler, ce qui a provoqué une nouvelle organisation d'EADS et de sa gouvernance.

Anne Lauvergeon, évincée en 2011 de la direction d'Areva, a été proposée par EADS pour devenir administratrice de la holding de défense chargée, dans le cadre de cette nouvelle gouvernance, de protéger les intérêts stratégiques des Etats français et allemand au sein du groupe aéronautique, précise Matignon.

C'est en tant que telle qu'elle entrerait aussi au conseil d'administration d'EADS, dont elle pourrait alors être nommée à la présidence.

"Le gouvernement y est très favorable", déclare-t-on dans l'entourage du Premier ministre. "En tant qu'actionnaire, nous pensons qu'elle a toute les qualités requises pour être présidente non exécutive d'EADS."

Matignon a ainsi confirmé des informations du Journal du Dimanche, propriété du groupe Lagardère.

Contacté par Reuters, EADS a refusé de commenter ces informations mais rappelé qu'il revenait in fine à l'Allemand Tom Enders, président exécutif d'EADS, de proposer les noms des futurs administrateurs au comité des nominations du groupe.

"Ce n'est pas l'Etat français qui décide, c'est Tom Enders et il va falloir que les Etats actionnaires le comprennent", dit-on de source proche de la direction du groupe. "Le but de la nouvelle gouvernance est de réduire l'influence des Etats."

Il reviendra ensuite au conseil d'administration, qui testera ainsi sa nouvelle indépendance, d'élire son président - ou sa présidente.

HOLLANDE ET MERKEL EN ONT PARLÉ

Toutefois, selon une source gouvernementale française, le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel en ont parlé la semaine passée à Berlin, en marge du 50e anniversaire du traité franco-allemand de l'Elysée.

"Les Allemands sont sur la même ligne que nous et sont d'accord avec ce choix", dit-on par ailleurs à Matignon.

Selon les services du Premier ministre, l'ex-président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, déjà membre du conseil d'administration d'EADS, y resterait et serait proposé pour le poste d'administrateur de la holding de défense - où la France et l'Allemagne auront chacune trois représentants.

Deux autres anciens patrons français sont également pressentis pour le conseil d'administration d'EADS: l'ex-PDG de Saint-Gobain Jean-Louis Beffa et l'ancien PDG d'Air France Bernard Attali.

"Leurs noms circulent effectivement et nous pensons qu'ils sont tout à fait qualifiés", souligne-t-on à Matignon.

En revanche, l'ancien président exécutif du groupe, Philippe Camus, aujourd'hui à la tête d'Alcatel et dont le nom a aussi circulé, n'est plus dans la course. Le gouvernement français n'était pas favorable à sa nomination au conseil d'administration d'EADS et à sa présidence, confirme l'entourage de Jean-Marc Ayrault.

"Le gouvernement français n'est pas favorable à ce que Philippe Camus quitte ses fonctions à Alcatel compte tenu de son rôle dans les circonstances actuelles", dit-on à Matignon.

"Alcatel a de grosses difficultés et est confronté à des changements et des enjeux important", explique-t-on de même source. "Il y a besoin de lui à Alcatel et ce n'était pas une bonne idée qu'il change pour EADS."

Selon le JDD, un conseil d'administration d'EADS doit se tenir d'ici quinze jours pour valider ces choix et les nominations seront rendues officielles par un vote des actionnaires lors d'une assemblée générale prévue fin mars. Ces dates ne sont cependant pas confirmées à ce stade par EADS.

Edité par Henri-Pierre André

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.