Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris et Londres renforcent leur lutte contre la "jungle" de Calais

Reuters02/07/2015 à 17:19

* Réunion des ministres de l'Intérieur français et britannique * Expliquer aux migrants que le Royaume-Uni n'est pas un eldorado * Sécurisation du port de Calais et du tunnel sous la Manche PARIS, 2 juillet (Reuters) - Paris et Londres ont décidé jeudi de renforcer leur coopération pour dissuader les migrants de se rassembler à Calais dans l'espoir de rejoindre le Royaume-Uni, notamment en leur expliquant que la Grande-Bretagne n'est pas l'eldorado espéré. Les ministres de l'Intérieur français et britannique, Bernard Cazeneuve et Therera May, se sont rencontrés à Paris pour débattre de l'aggravation de la crise migratoire en Méditerranée et de ses répercussions à Calais, où 3.000 migrants se trouvent actuellement selon les autorités. Ils sont convenus de renforcer leur coopération, "notamment en abondant le fonds d'intervention" qui doit permettre l'installation de "dispositifs complémentaires indispensables afin d'empêcher l'accès au port par la plage, mais aussi pour sécuriser l'accès au tunnel sous la Manche", lit-on dans un communiqué conjoint publié après la rencontre. De nombreux migrants, pour la plupart africains, tentent à tout prix de passer au Royaume-Uni en montant à bord des poids lourds, voire en passant à pied par le tunnel. Bernard Cazeneuve et Therera May ont donc décidé de renforcer leurs campagnes d'information conjointes auprès des migrants "pour expliquer la réalité du système d'asile et de prise en charge sociale en Grande-Bretagne". Dans leurs campements de fortune, les migrants sont en effet persuadés que la Grande-Bretagne est un eldorado pour sa langue - ils viennent souvent de pays anglophones -, parce que des membres de leur famille y vivent, pour l'accueil jugé plus respectueux des migrants que celui qu'ils ont reçu en France mais aussi pour les bénéfices qu'ils peuvent en retirer. TRAITES COMME DES "ANIMAUX" EN FRANCE "Il y a du respect pour nous là-bas", estime un migrant. "Ce n'est pas comme ici, où on nous considère comme des animaux." Ali, un Irakien de 22 ans, affirme être à Calais depuis un mois, et dénonce les conditions de vie dans le campement toléré à la sortie de la ville. "Là-bas, en Grande-Bretagne, ça ne pourra pas être pire qu'en France", dit-il. Plus loin, sur le port, Aman, un Erythréen de 25 ans, est moins précis sur ses motivations. "J'ai été amené ici en quittant mon pays, où je risquais d'être tué", dit-il. "J'ai fui. Je ne sais pas où aller, mais je ne vais pas rester ici en tout cas. Je veux aller en Angleterre parce que des gens m'ont dit que ce serait mieux." Les Syriens, qui seraient ici une petite centaine, ont manifesté dans Calais et pris à partie les autorités britanniques pour qu'elles acceptent de leur ouvrir les portes. A les en croire, la France leur propose l'asile mais va les laisser dehors encore quelques mois "alors qu'en Angleterre ils seront hébergés sur le champ et dignement". Christian Salomé, responsable de "l'auberge des migrants", une association qui leur vient en aide, résume les motivations des migrants qu'il rencontre. "La première chose que les migrants évoquent, c'est la prise en compte de leur demande d'asile. En Angleterre, quand ils déposent une demande, ils obtiennent un hébergement. Donc ils existent, ils se sentent reconnus", explique-t-il. UN CENTRE LOIN DE CALAIS ? "Ensuite ils vont retrouver de la famille en Grande-Bretagne, puis vient la langue, et enfin ils pensent que trouver du travail sera plus facile qu'en France." Dans un rapport remis mercredi à Bernard Cazeneuve sur la situation des migrants dans le Calaisis, l'ancien préfet du Nord-Pas-de-Calais Jean Aribaud et le président de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale, Jérôme Vignon, démentent cette idée. Les conditions d'accueil ont été durcies côté britannique et elles sont proches de ce qui se fait en France, disent-ils. Les Britanniques offrent aux arrivants une dotation mensuelle de 200 euros hors hébergement quand la France leur délivre une aide de 91 à 202 euros, aussi hors hébergement. Les rapporteurs suggèrent la création d'un centre pour les migrants en France à une centaine de kilomètres du littoral, avec une capacité d'accueil de 200 personnes, pour leur exposer les conditions de l'accueil en France et les dissuader de risquer leur vie pour aller au Royaume-Uni. Géré avec le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ce centre nécessiterait un budget de 3 millions d'euros par an, assumé pour moitié par l'Union européenne. (Pauline Mével, avec Pierre Savary et Xavier Olry, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.