Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris et Berlin travailleront ensemble sur la croissance

Reuters16/05/2012 à 01:49

Paris et Berlin travailleront ensemble sur la croissance

BERLIN (Reuters) - France et Allemagne sont convenues mardi à Berlin, à l'occasion d'un premier entretien entre Angela Merkel et François Hollande, de présenter en commun des idées sur les moyens de relancer la croissance européenne au Conseil européen du mois prochain.

La relance de l'Europe sur fond de crise grecque a constitué l'essentiel de cette visite du président socialiste chez la chancelière conservatrice, quelques heures seulement après son entrée officielle à l'Elysée.

Lors d'une conférence de presse commune à la chancellerie, les deux dirigeants ont précisé que les mesures à venir sur la croissance devraient notamment concerner les Grecs, dont ils souhaitent le maintien dans la zone euro.

S'agissant du pacte budgétaire européen, François Hollande a rappelé qu'il avait demandé sa renégociation pendant la campagne électorale, tout en laissant entendre qu'il était prêt à envisager un texte séparé sur la croissance.

Le président français a déclaré que tout dépendrait de l'issue des discussions sur la croissance.

"Tout doit être mis sur la table par les uns comme par les autres, tout ce qui peut contribuer à la croissance" lors du sommet informel du 23 mai, a-t-il dit en évoquant les euro-obligations ou l'utilisation des fonds structurels européens.

"Ensuite, nous en tirerons les conclusions en termes d'instruments juridiques nécessaires", a-t-il ajouté.

Angela Merkel s'est quant à elle dite persuadée que Paris et Berlin sauraient "trouver une solution aux différents problèmes".

Au conseil informel, "les discussions porteront essentiellement sur la croissance. Il sera très important que la France et l'Allemagne présentent ensemble leurs idées en juin au Conseil", a-t-elle déclaré.

Le dossier grec fait consensus entre Paris et Berlin, qui souhaitent le maintien d'Athènes dans la zone euro, contrairement à une partie de la classe politique grecque.

FOUDRE

"Je voudrais dire clairement que nous souhaitons que la Grèce demeure dans l'euro", a dit Angela Merkel. "Tout ce que nous pouvons faire pour aider la Grèce sur le plan structurel (...), nous sommes prêts à le faire".

Dans l'esprit de François Hollande, "les Grecs doivent savoir que nous viendrons, par des mesures de croissance, par des soutiens de l'activité, vers eux pour leur permettre d'assurer leur présence dans la zone euro".

François Hollande a accompli à Berlin ses premiers pas de président de la République à l'étranger.

"C'est une image que je voulais donner au-delà de nos différences, une image de confiance dans le travail que nous pouvons engager, de cohérence dans la relation franco-allemande, de continuité aussi", a-t-il dit.

Le président français est arrivé avec une heure vingt de retard sur le programme prévu, son avion ayant été touché par la foudre après son décollage, l'obligeant à faire demi-tour.

"Nous sommes d'autant plus heureux de l'accueillir que la foudre a frappé son avion mais on peut y voir un heureux présage sur la coopération entre nous!", a plaisanté Angela Merkel pour lancer la conférence de presse.

Président et chancelière ont participé à une cérémonie protocolaire sous la pluie à la nuit tombante, dans la cour de la chancellerie donnant sur les bâtiments du Parlement, où ils ont écouté les hymnes des deux pays et passé en revue des détachements des trois armes.

Pour ce baptême du feu diplomatique, François Hollande s'est fait montrer le chemin du coude par Angela Merkel sur le tapis rouge qui soulignait le parcours.

Une partie de ses nouveaux conseillers l'accompagnaient à Berlin. On pouvait reconnaître le secrétaire général adjoint à l'Elysée Emmanuel Macron, son conseiller diplomatique Paul Jean-Ortiz, Philippe Léglise-Costa (Europe), Christian Gravel (Presse), le directeur de l'Union européenne au Quai d'Orsay, Jean-Michel Casa, et l'ambassadeur de France à Berlin, Maurice Gourdault-Montagne.

Elizabeth Pineau, édité par Guy Kerivel

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.