Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris et Berlin se donnent des gages européens

Reuters07/05/2013 à 20:33

L?ALLEMAGNE ASSOUPLIT SA POSITION SUR L?UNION BANCAIRE

BERLIN/PARIS (Reuters) - Berlin et Paris ont provisoirement refermé mardi un chapitre délicat de leur relation en se donnant mutuellement des gages sur l'union bancaire et la poursuite des réformes en France malgré un délai de grâce dans la lutte contre les déficits.

Les ministres français et allemand des Finances, Pierre Moscovici et Wolfgang Schäuble, flanqués de leurs banquiers centraux, se sont réunis à Berlin après une période de tension alimentée par des attaques de personnalités socialistes contre l'austérité à tout-va qu'imposerait la chancelière à l'Europe.

Même si les autorités allemandes ont réagi par le silence à l'appel à la "confrontation" avec Berlin lancé par le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, et aux critiques sur "l'intransigeance égoïste" présumée d'Angela Merkel dans un projet de document du PS, le climat n'était pas au beau fixe.

Les deux pays ont démontré mardi qu'ils entendaient mettre un terme à cette séquence qui risquait de paralyser le couple franco-allemand et, partant, l'Union européenne dans un contexte difficile à l'approche des élections législatives allemandes.

François Hollande, qui évoquait lui-même la nécessité d'entretenir une "tension amicale" avec Angela Merkel, a déclaré mardi lors d'une conférence de presse que "nous avons toujours besoin d'un couple franco-allemand qui fasse le compromis".

Wolfgang Schäuble a illustré cette maxime en levant ses réticences à la mise en oeuvre rapide de l'union bancaire sur la base des traités existants.

Les dirigeants de l'Union européenne se sont mis d'accord en juin 2012 sur la création d'un superviseur unique pour la zone euro, sous l'égide de la Banque centrale européenne (BCE), et la mise en place d'un mécanisme de "résolution" destiné à gérer le démantèlement éventuel d'établissements en grande difficulté.

PAS DE "PARESSE" FRANÇAISE

En avril, le ministre allemand des Finances avait semé le doute sur ce projet crucial pour la stabilité de la zone euro en jugeant nécessaire une réforme des traités pour y parvenir, une manière d'exprimer les craintes de l'Allemagne de devoir participer au refinancement des banques en difficulté.

"C'est un projet prioritaire", a dit Wolfgang Schäuble devant des universitaires, aux côtés de Pierre Moscovici.

"Nous devons faire au mieux sur la base des traités actuels, et si on n'y parvient pas institutionnellement, eh bien nous travaillerons entre gouvernements ou même à un niveau bilatéral", a-t-il dit en précisant qu'il fallait aller "vite".

Ces propos ont été salués à Paris par François Hollande.

"Il pouvait y avoir une réserve de la part de l'Allemagne dès lors qu'elle ne souhaitait pas que cela puisse modifier son organisation institutionnelle", a déclaré le président français.

De son côté, Pierre Moscovici a assuré mardi les autorités allemandes que la France n'utiliserait pas le délai de deux ans accordé à son pays par la Commission européenne pour réduire les déficits à 3% du PIB pour les laisser filer.

"Il ne faut pas interpréter la décision de la Commission comme étant pour la France une incitation à la paresse ou au relâchement", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Nous ne rompons pas avec le sérieux nécessaire."

"La France maintient ses objectifs en termes de réduction des déficits structurels", a-t-il poursuivi, promettant de mener à bien les réformes structurelles - retraites ou marché du travail - non pas parce qu'elles sont réclamées par l'Allemagne mais parce qu'elles amélioreront sa compétitivité.

Le gouverneur de la Banque de France a, lui, fait un sort aux critiques de la gauche de la gauche française, qui exige d'une Allemagne triomphante sur les marchés étrangers de brider sa puissance économique pour relancer l'activité dans l'UE.

"La question n'est pas et ne peut pas être de réduire la performance et la capacité de l'Allemagne à l'exportation, c'est celle d'augmenter la performance globale de la zone euro vis-à-vis de l'ensemble du monde", a dit Christian Noyer.

"Quand on regarde l'économie française, il est clair que ce qui est très important c'est que soient faites des réformes de structures qui nous permettent d'améliorer la compétitivité."

Yves Clarisse, avec les rédactions de Berlin et Paris, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.