Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris et Berlin commémorent 14-18 et plaident en faveur de l'UE

Reuters03/08/2014 à 18:33

CENTENAIRE DE LA DÉCLARATION DE GUERRE DE L'ALLEMAGNE À LA FRANCE

par Julien Ponthus

HARTMANNSWILLER Haut-Rhin (Reuters) - Les présidents allemand et français ont lancé dimanche lors des commémorations du centième anniversaire de la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France, un plaidoyer en faveur de l'Union européenne, rempart selon eux contre la montée des populismes.

"L'Europe unie et les institutions européennes communes ne sont pas un caprice de l'Histoire, elles incarnent au contraire les leçons de l'Histoire transformées en institutions, elles nous prémunissent de l'égarement", a déclaré Joachim Gauck lors d'une cérémonie sur le site de Hartmannswillerkopf dans le Haut-Rhin, dédié à la mémoire de la Grande guerre.

"L'un des grands défis du présent et de l'avenir sera de rappeler encore et encore le sens profond et tout bonnement vital de ces institutions européennes communes", a poursuivi le président allemand venu poser avec François Hollande la première pierre d'un musée franco-allemand dédié à ce champ de bataille.

Joachim Gauck, qui fait figure d'autorité morale avec ses prises de positions anticommunistes sous le régime de la République démocratique allemande, a enjoint son auditoire à ne pas se "laisser aller aux solutions de facilité en cédant aux courants populistes qui agitent les esprits à bon compte avec des mots d'ordre et des slogans anti-européens."

La montagne de Hartmannswillerkopf, surnommée le "Vieil Armand", a été le théâtre d'affrontements extrêmement violents durant le premier conflit mondial, une "boucherie" selon les deux présidents, et l'on estime qu'environ 30.000 soldats allemands et français y ont perdu la vie.

"L'Europe, elle a réussi à vaincre la guerre, elle est parvenue à réunifier le continent dans la démocratie", a pour sa part estimé François Hollande, qualifiant la construction européenne "d'aventure exceptionnelle dans l'histoire de l'humanité".

"En même temps, nous devons en convenir, elle n'a pas apporté la prospérité attendue, elle s'est habituée à être une évidence et non plus un idéal et c'est pourquoi elle est contestée", a dit le chef de l'Etat, deux mois après le désaveu subi par le Parti socialiste aux élections européennes de mai avec moins de 14% des suffrages face à presque un quart de l'électorat pour le Front national.

RETABLIR LA CONFIANCE PERDUE

"Pour rétablir la confiance qui s'est perdue, pour susciter l'adhésion des peuples, pour redevenir un idéal, l'Europe doit ouvrir une perspective de croissance, d'emploi, de solidarité (...) mais pour y parvenir, beaucoup dépendra de l'amitié entre la France et l'Allemagne", a estimé François Hollande, affaibli en Europe du fait des déficits publics de Paris.

Son Premier ministre, Manuel Valls, prépare une tournée des capitales européennes à la rentrée, en commençant avec Angela Merkel à Berlin en septembre, pour obtenir que la réduction des déficits publics puisse se faire en France à un rythme qui n'étouffe pas une activité encore balbutiante.

François Hollande s'est fait le chantre de la réorientation de l'Europe vers la croissance mais cette promesse présidentielle ne s'est pas matérialisée en France où l'activité reste obstinément atone.

Si le président français a utilisé en juin les commémorations du Débarquement allié de 1944 pour favoriser l'amorce d'un dialogue entre la Russie et l'Ukraine, ses dernières sorties lors de cérémonies officielles ont plutôt été à destination de ses électeurs.

Les commémorations "sont des appels à l'union, au rassemblement, à la mobilisation face à d'autres enjeux, d'autres menaces, d'autres défis", a expliqué dimanche le président dont la popularité reste historiquement basse.

François Hollande se rendra lundi à Liège en Belgique pour commémorer l'invasion de la Belgique par l'Allemagne, dernier déplacement avant deux semaines de repos que le président entend passer à la résidence de la Lanterne à Versailles.

Le chef de l'Etat fera sa rentrée le 15 août pour célébrer le Débarquement allié en Provence de 1944.

(Edité par Marine Pennetier)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.