1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Parcoursup : les coachs en orientation à la rescousse des élèves désemparés
Le Parisien22/01/2019 à 06:02

Parcoursup : les coachs en orientation à la rescousse des élèves désemparés

Ariane ne réfléchit pas pour répondre : « Je vais tenter plusieurs BTS en communication dans Parcoursup. » Il y a quelques mois, la déterminée élève de Terminale STMG était indécise. « On peut dire perdue », glisse l'adolescente de 17 ans. La mutation s'est opérée dans le bureau de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) de Déborah Medioni, l'une des 40 coachs en orientation de Tonavenir, société spécialisée du secteur. « Tu posais beaucoup de questions au début », se souvient-elle. « J'avais besoin d'un regard extérieur », lui répond la lycéenne.

Ariane est loin d'être un cas isolé. Selon une enquête du Conseil national d'évaluation du système scolaire (Cnesco), près d'un jeune sur cinq a eu recours à un coach pour préparer son orientation. De nombreux opérateurs privés se sont engouffrés dans la brèche. Chez Tonavenir, comptez à partir de 180 euros la séance d'une heure et demie.

De nouvelles demandes avec Parcoursup

« Parcoursup n'a pas amené plus de clients, mais des nouveaux profils, détaille Alexandre de Lamazière, président d'Odiep. On a des étudiants de première année de fac qui veulent se réorienter après avoir pris un premier vœu qui ne les intéressait pas vraiment. Le système est assez anxiogène, l'enjeu est d'aider les jeunes à adapter leurs envies avec leurs capacités. »

Dans son étude, le Cnesco montre que les familles défavorisées socialement n'ont pas les moyens de s'offrir un coach privé. « L'Éducation nationale fait déjà beaucoup, mais ne peut pas gérer seule l'orientation des jeunes, souligne Arthur Dehaene-Queffelec, président de l'association L'Équipée qui aide les jeunes du lycée Auguste-Renoir d'Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Il y a un réel besoin dans ce secteur, mais il ne faut pas que ça soit capté par des sociétés privées. »

Guide Parcoursup 2019 - Le Parisien Etudiant

>> Parcoursup : les 3 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer