Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pacte et économies au menu du budget rectificatif

Reuters12/06/2014 à 01:12

PACTE DE STABILITÉ ET ÉCONOMIES AU MENU DU BUDGET RECTIFICATIF 2014

par Jean-Baptiste Vey

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a présenté mercredi la première loi financière intégrant les mesures de baisse du coût du travail du Pacte de responsabilité et qui programme d'autres économies pour tenir son objectif de baisse du déficit en 2014.

Ce projet de loi de finances rectificative prévoit également une baisse de l'impôt sur le revenu de 3,7 millions de ménages cette année, dont 1,9 million devraient ainsi sortir de l'impôt.

Cette mesure, d'un coût de 1,16 milliard d'euros, sera financée par les recettes venant des régularisations fiscales.

Le texte présenté en conseil des ministres sera complété le 18 juin par un projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale, qui comprendra les baisses de cotisations sociales promises aux entreprises par François Hollande.

Pour leur donner la visibilité qu'elles demandent, le gouvernement a décidé d'intégrer dès à présent les mesures du pacte de responsabilité entrant en vigueur en 2015.

Le coût du travail sera ainsi baissé de 4,5 milliards d'euros par l'allègement des cotisations sur les salaires inférieurs à 1,6 smic. S'y ajouteront une baisse du produit de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) d'un milliard d'euros et des cotisations des travailleurs indépendants pour également un milliard.

Cette nouvelle baisse du coût du travail, qui vient en plus des 10 milliards en 2014 et 20 milliards en 2015 du crédit d'impôt compétitivité emploi, est critiquée par l'aile gauche du Parti socialiste qui juge les contreparties demandées aux entreprises insuffisantes.

UNE PRÉVISION DE CROISSANCE "ÉLEVÉE"

Pour calmer les frondeurs de la majorité, qui avaient été 41 à s'abstenir sur le vote du programme d'économies 2015-2017 en avril, le gouvernement a fait savoir que des marges de discussion existaient avec le Parlement, notamment la possibilité d'intégrer une mesure concernant la taxe d'habitation.

"Le dialogue est ouvert avec l'ensemble du groupe socialiste", a dit le ministre des Finances, Michel Sapin, lors du compte rendu du conseil des ministres, évoquant notamment un éventuel geste sur le gel prévu de certaines prestations sociales.

Manuel Valls a rencontré dans la soirée plusieurs députés qui militent pour une inflexion à gauche du budget et des mesures supplémentaires pour le pouvoir d'achat des foyers modestes.

Le Premier ministre les a reçus pendant environ une heure "dans la démarche qui est la sienne depuis le début de son installation, c'est-à-dire celle du dialogue, mais un dialogue toujours en responsabilité", a-t-on déclaré dans son entourage sans en dire davantage sur la teneur de l'entretien.

Les deux textes financiers visent également à assurer la baisse du déficit public à 3,8% du produit intérieur brut fin 2014, avant de revenir à la limite de 3% fin 2015 conformément aux engagements pris par la France devant ses partenaires européens.

Pour y parvenir, ils prévoient 4 milliards d'euros d'économies supplémentaires cette année, dont 1,6 milliard pour l'Etat.

Le déficit du budget atteindrait 83,9 milliards d'euros fin 2014 contre 82,6 milliards prévu en loi de finances initiale, un décalage qui tient pour l'essentiel à la révision en baisse de 5,3 milliards d'euros des recettes fiscales attendues.

Le cadrage macroéconomique est inchangé par rapport au programme de stabilité d'avril dévoilé en avril, notamment la prévision d'une PIB en hausse de 1% cette année, qui supposera une accélération après un premier trimestre de croissance nulle.

Le Haut Conseil des finances publiques a jugé mercredi dans son avis sur le projet de loi de finances que "sans être hors d'atteinte, la prévision de croissance du gouvernement pour 2014 paraît désormais élevée".

"La prévision de 1% peut parfaitement être atteinte", a répondu Michel Sapin.

BAISSE DES COTISATIONS SOCIALES

Le budget rectificatif de la Sécurité sociale du 18 juin comprendra un autre geste pour les ménages mais pour 2015, avec la baisse des cotisations sociales des salariés entre 1 et 1,3 smic, une mesure qui représente 2,5 milliards d'euros.

A l'issue de ces textes, le gouvernement disposera encore d'une réserve de précaution de 6,3 milliards d'euros pour financer les dépenses non budgétées comme le coût des opérations militaires extérieures et l'aider à tenir ses dépenses.

Le budget rectificatif de la Sécurité sociale ajoutera 1,1 milliard d'économies supplémentaires sur les prestations sociales et les dépenses de santé, dont 300 millions liés au décalage d'un an de la revalorisation des prestations sociales, et 800 millions de dépenses de santé plus faibles.

A ces 1,6 milliard d'économies sur l'Etat et 1,1 milliard sur la Sécurité sociale doivent s'ajouter 600 millions d'euros d'économies sur l'assurance chômage, 300 millions sur les caisses d'allocations familiales et 400 millions de moindre décaissements des dépenses des investissements d'avenir.

Au-delà de ces économies supplémentaires pour cette année, le gouvernement prévoit de réaliser 50 milliards d'euros d'économies sur 2015-2017 par rapport à la croissance tendancielle des dépenses publiques telle qu'il l'estime.

Sur ces 50 milliards, 18 seront portés par l'Etat, 11 par les collectivités locales, 10 par l'assurance maladie et 11 par la protection sociale.

Le budget rectificatif sera examiné par les députés à partir du 23 juin.

(Avec Yann Le Guernigou et Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse et Gilles Trequesser)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.