1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Opérations escargots des auto-écoles contre "l'ubérisation" du permis
AFP11/02/2019 à 17:55

Des véhicules d'auto-écoles lors d'un rassemblement à Bordeaux le 11 février 2019 ( AFP / GEORGES GOBET )

Paris, Marseille, Bordeaux, Nice... Les auto-écoles ont perturbé le trafic dans plusieurs villes de France lundi pour protester contre une "ubérisation" du permis de conduire, menacé selon elles par un rapport parlementaire qui pourrait favoriser les plateformes en ligne.

En Île-de-France, les opérations escargots ont débuté dès le petit matin, ralentissant le trafic sur les autoroutes A6, A1 et A3 en direction de Paris. Des centaines de voitures-écoles se sont également rassemblées sur plusieurs portes de la capitale, avant de rouler au pas sur le périphérique parisien.

"Pour la sécurité routière, touche pas à ma profession": affiches sur leurs vitres et ballons noirs en signe de deuil, près d'un millier de voitures avaient convergé dans les environs de la place d'Italie à la mi-journée, selon une journaliste de l'AFP.

A Marseille, une centaine de voitures ont perturbé l'entrée de la ville par l'autoroute A7, selon un autre journaliste de l'AFP. Environ 150 véhicules ont également perturbé le trafic à Nice et des dizaines de voitures étaient mobilisées à Bordeaux.

Les trois organisations de la profession (CNPA, Unidec, Unic) sont vent debout contre le rapport de la députée du Gard (LREM) Françoise Dumas, remis au Premier ministre vendredi et qui n'a pas encore été rendu public. Elles s'étaient déjà alarmées en novembre des déclarations d'Emmanuel Macron annonçant une "baisse drastique" du coût du permis.

Les syndicats redoutent une "ubérisation" de leur métier avec un agrément qui deviendrait national et abandonnerait l'obligation d'avoir un local. De quoi favoriser les plateformes en ligne, qui emploient des moniteurs auto-entrepreneurs.

"On veut nous imposer un système hors-sol", a expliqué à l'AFP Patrice Bessone, président du CNPA-Éducation routière, syndicat majoritaire parmi les 10.000 auto-écoles (40.000 salariés). Il craint "une baisse de la qualité du permis et un plus grand nombre d'accidentés et de morts sur la route".

Avec cette réforme, "il y aura aussi moins de proximité avec les moniteurs et moins de maillage territorial", a-t-il ajouté. "Pour les jeunes dans les villages dont le permis est le passeport vers l'emploi, ça va devenir compliqué."

- "C'est qui le voleur?" -

Les auto-écoles craignent également une généralisation des inscriptions à l'examen par l'élève lui-même, en candidat libre.

"Ce ne sera pas forcément moins cher", selon M. Bessone. "Si l'élève s'inscrit quand il le souhaite avec une plateforme en ligne et qu'il rate son examen, il va devoir reprendre des heures."

Pour financer un "permis à zéro euro", il propose "d'affecter la recette des radars au permis de conduire".

Selon la profession, d'autres pistes existent pour baisser le prix -1.800 euros en moyenne selon l'UFC-Que Choisir en 2016- du papier rose: développement de cours collectifs et des simulateurs de conduite, meilleure orientation vers les dispositifs d'aide (compte personnel de formation, permis à un euro...), et surtout baisse de la TVA.

"Si le permis coûte trop cher, pourquoi pas enlever la TVA ?", a demandé Jean-Yves Fernandez, au milieu des klaxons dans la manifestation parisienne. Dans le cortège, une affiche interrogeait: "70% de taxes et de charges sur un permis, c'est qui le voleur?"

Avec les plateformes, "vous allez confier vos enfants à des personnes dont vous ne saurez pas si c'est des vrais moniteurs ou pas", s'est indigné Serge Mouserou, propriétaire d'auto-écoles venus depuis Toulouse.

"On est contre le low-cost", a résumé Thierry Hemmen à Nice, délégué du syndicat Unic. "Chez nous, il y a du suivi, de la pédagogie, et c'est comme tout, ça a un prix".

La ministre des Transports Élisabeth Borne a tenté de rassurer. "Il ne s'agit pas de faire un permis de conduire au rabais, il y a des enjeux de sécurité routière", a-t-elle expliqué sur LCI.

Après examen du rapport, "il y aura une concertation avec les auto-écoles", a-t-elle assuré. "On ne va pas se précipiter sans écouter ce que les auto-écoles peuvent proposer par rapport à cet objectif de permis moins cher."

14 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • m1234592
    11 février19:40

    La législation sur les manquements graves à la conduite, alcool, drogue, pas de permis, pas d'assurance doit être renforcée et doit aller jusqu'à la saisie du véhicule si récidive ou conduite sans permis. le permis de conduire c'est mettre une arme dans les mains de quelqu'un ... heureusement tout le monde ne tire pas.

    Signaler un abus

  • m1234592
    11 février19:36

    je trouve qu'à 1800€ la vie c'est donné. Par contre qui contrôle les formations et les inspecteurs ? par contre je pense que la formation au code et à certaines pratiques peut être faite sur des simulateurs avec contrôles humains stricts. Excellente émission l'autre soir sur les formation à la conduite sur une chaîne TV. On a vu que certains candidats sont sur une autre planète et non pas conscience du risque qu'ils font prendre aux autres.

    Signaler un abus

  • m1234592
    11 février19:31

    Le nombre d'heures de conduite avec moniteur est largement insuffisant. Il faut que le pratique de la conduite accompagnée soit développée et que les fautes lors de l'examen soient sanctionnées. Tout ceux qui ont un minimum de formation le constate il y a de plus en plus de conducteurs incultes et donc dangereux.

    Signaler un abus

  • milano12
    11 février18:32

    magouille et compagnie avec les inspecteurs

    Signaler un abus

  • jean.e1
    11 février18:15

    soyons fracnc 3/4 des questions poser au code servent a rien du tout et comment se fait il que des jeunes ayant obtenu leur permis se tu le lendemaintout a revoir la dedans

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer