1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Onze députés du parti pro-kurdes arrêtés en Turquie
Reuters04/11/2016 à 03:10

 (Nouveau bilan du nombre d'arrestations,) 
    ANKARA, 4 novembre (Reuters) - La police turque a arrête 
jeudi deux dirigeants du Parti démocratique des peuples (HDP, 
pro-kurde) et 11 autres parlementaires a annoncé le ministère de 
l'Intérieur. 
    Deux autres députés sont visés par des mandats d'arrêts qui 
n'ont pu être exécutés, les parlementaires étant à l'étranger. 
    Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag deux figures du HDP, 
ont en revanche été arrêtés à leur domicile de Diyarbakir, la 
grande ville kurde du sud-est turc. 
    La police a également mené des perquisitions dans les locaux 
du HDP à Ankara. Des images diffusées par la télévision montrent 
des responsables du parti apostrophant la police et un 
journaliste de Reuters a constaté que des véhicules de police 
bouclaient les alentours du bâtiment. 
    Les autorités turques reprochent aux parlementaires d'avoir 
refusé de témoigner dans des dossiers liés à "la propagande 
terroriste", ont expliqué leurs avocats. 
    "Le HDP appelle la communauté internationale à réagir contre 
le coup d'Etat que mène le régime d'Erdogan", a déclaré le HDP 
sur son compte Twitter. 
    "C'est une très mauvaise nouvelle pour la Turquie. Encore 
une fois", a déploré sur son compte Twitter Kati Piri, 
rapporteur du Parlement européen sur la Turquie. 
    Selon de nombreux Turcs, l'accès aux réseaux sociaux tels 
que Twitter, Facebook ou au système de messagerie WhatsApp, 
était perturbé, sans que l'on puisse établir avec certitude un 
lien entre ces difficultés et les arrestations. 
    Ankara accuse de longue date les membres du HDP d'être liés 
au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation 
armée qualifiée de terroriste par la Turquie, mais également par 
les Etats-Unis et l'Union européenne. 
    Avec 59 sièges, le HDP est la troisième formation politique 
la plus représentée au Parlement turc. Depuis juin, les députés 
sont plus protégés par l'immunité parlementaire. 
 
 (Ece Toksabay, Nicolas Delame pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer