1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"On est parti, on commence", le dernier SMS d'un des kamikazes du Bataclan
Le Point19/11/2015 à 07:35

« On est parti on commence » : lapidaire, décidé, c'est le dernier SMS envoyé via le téléphone portable retrouvé dans une poubelle non loin du Bataclan. Un message qui conforte l'hypothèse d'une coordination extérieure des attaques terroristes du 13 novembre sur Paris. Signe supplémentaire du degré de l'opération, le téléphone contenait également un plan de la salle de spectacle. Un témoin avait déjà affirmé avoir repéré la Polo noire des tueurs du Bataclan à une rue de la salle de spectacle : « J'ai bien vu le visage du conducteur et celui du passager, car ils ont commencé à tapoter sur leur smartphone, ce qui a fait que cela éclairait leur visage. C'est le passager qui a commencé à utiliser son portable. » Selon les informations du Monde

: « Un SMS envoyé à 21 h 42, vendredi, a été retrouvé dans un téléphone dans une poubelle à proximité du Bataclan. C'est grâce à ce téléphone que les enquêteurs remontent la piste jusqu'à l'un des points de chute des commandos à Alfortville. La recherche sur la géolocalisation dudit téléphone indique que son propriétaire y était passé avant les attaques. » Les policiers n'auraient pas encore établi l'identité du destinataire du SMS, ni lequel des tireurs du Bataclan était en possession du portable. Cette découverte aurait en revanche joué un rôle majeur dans l'assaut du Raid ce matin à Saint-Denis, qui ciblait Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé...

Lire la suite sur Le Point.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • SB1954
    19 novembre09:23

    M89 moi aussi, et de loin. Entre bien des choses, notre pays a oublié ce qu'était la suppression des libertés individuelles et pourtant ce n'est pas si loin. ...l'état d'urgence est conçu pour un temps et doit répondre à un objectif sécuritaire précis, ce qu'il fait.Maintenant, imaginez le même dispositif , prolongé, entre les mains d'un excité comme le N.ain et ses séides.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer