Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Occident et Russie s'accusent de forcer la main à l'Ukraine

Reuters02/02/2014 à 11:00

OCCIDENT ET RUSSIE S'ACCUSENT DE FORCER LA MAIN À L'UKRAINE

par Stephen Brown et Missy Ryan

MUNICH (Reuters) - Occidentaux et Russes se sont mutuellement accusés samedi de chercher à forcer la main à l'Ukraine, où, selon le secrétaire d'Etat américain John Kerry, Etats-Unis et Union européenne sont aux côtés du peuple dans son combat pour une démocratie plus forte.

Lors de la conférence annuelle de Munich sur la sécurité, le chef de la diplomatie américaine a estimé que le peuple ukrainien "lutte pour le droit de s'associer avec des partenaires qui l'aideront à concrétiser ses aspirations - et il a décidé que cela signifie que son avenir ne repose pas sur un seul pays, et certainement pas sous la contrainte".

"Les Etats-Unis et l'Union européenne se tiennent aux côtés du peuple ukrainien dans ce combat", a-t-il dit aussi.

"Nulle part la lutte pour un avenir démocratique et européen n'est plus importante aujourd'hui qu'en Ukraine", a assuré le secrétaire d'Etat.

Mais son homologue russe Sergueï Lavrov, en minorité à Munich face aux partisans d'un rapprochement de l'Ukraine et de l'Europe, a riposté en accusant à son tour l'Occident de forcer la main à Kiev.

Selon lui, un "choix politique a été préétabli pour l'Ukraine" lorsque l'Otan a proposé à Kiev d'adhérer à l'alliance atlantique en 2008. L'Ukraine a décliné l'offre mais coopère avec l'Otan à certaines missions de paix internationales, comme c'est le cas en Afghanistan.

"Là, un choix est en train d'être imposé", a dit Lavrov en accusant certains responsables de l'UE de fomenter des manifestations hostiles au président ukrainien Viktor Ianoukovitch, lesquelles sont emmenées selon lui par des personnes qui "envahissent et occupent des bâtiments gouvernementaux, attaquent les policiers et scandent des slogans racistes, antisémites et nazis".

KLITSCHKO "PLUS FORT"

L'un des chefs de l'opposition ukrainienne, l'ancien champion de boxe Vitali Klitschko, a déclaré dans la soirée aux journalistes qu'il quittait Munich "plus fort" grâce à l'"immense soutien des amis de l'Ukraine".

Il a dit craindre que la crise ukrainienne ne s'étende à toute la région et a souhaité des mesures urgentes pour faire baisser la tension, ajoutant que la balle était dans le camp du président Ianoukovitch.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Leonid Kojara, a affirmé que si l'Ukraine faisait indubitablement partie de l'Europe, tous les Ukrainiens ne soutenaient pas les manifestants de Maïdan, la grande place de Kiev épicentre de la contestation.

"Il y a huit millions de Russes de souche qui vivent dans le pays", a-t-il rappelé. "Croyez-vous qu'ils sont contents quand des hommes politiques européens exigent d'eux qu'ils fassent un 'choix stratégique' en éloignant l'Ukraine de la Russie ?"

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé en marge de la conférence que la situation ukrainienne donnait "des signes inquiétants de dégradation".

"La France condamne les actes inacceptables dont est victime la population civile ainsi que les appels gouvernementaux à mettre en place l'état d'urgence. Nous demandons l'arrêt immédiat des violences", a-t-il précisé dans un communiqué.

Laurent Fabius a rencontré son homologue ukrainien et deux chefs de l'opposition, Vitali Klitschko et Arseni Iatseniouk.

LOBBYING DANS LES RUES DE MUNICH

Dans les coulisses de la conférence, Vitali Klitschko, Arseni Iatseniouk, le député Petro Porochenko ou la pop star Rouslana Lijitchko n'ont pas ménagé leurs efforts pour rallier des soutiens à leur cause.

Avant leur rencontre prévue avec John Kerry et après leurs entretiens avec des responsables européens comme Laurent Fabius, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier ou la porte-parole de la diplomatie de l'UE Catherine Ashton, ils ont organisé une petite manifestation dans les rues de la capitale bavaroise.

"Nous cherchons des soutiens pour l'Ukraine, des soutiens à un mouvement pacifique et démocratique parce que tout le monde veut que l'Ukraine soit un pays européen moderne, ce qui est notre objectif principal", a dit Vitali Klitschko aux journalistes.

Les manifestants de Kiev disent "assez, assez attendu, assez de corruption, assez de vivre sans Etat de droit", a-t-il continué.

Les opposants ukrainiens manifestent depuis novembre contre la décision du président Ianoukovitch de renoncer à signer un accord de partenariat avec l'Union européenne et de privilégier un rapprochement avec Moscou.

Le chef de l'Etat, qui est malade et observe du repos, a accepté cette semaine la démission du gouvernement de Mikola Azarov et exonéré de poursuites les manifestants pacifiques.

Lors d'une visite à Berlin où il avait rencontré son homologue allemand Steinmeier, John Kerry a toutefois estimé que les concessions offertes par le président "n'ont pas atteint un niveau suffisant".

Avec Gérard Bon; Jean-Stéphane Brosse, Eric Faye et Guy Kerivel

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.