1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Obama s'inquiète des revendications territoriales chinoises
Reuters10/04/2015 à 05:59

KINGSTON, 10 avril (Reuters) - Barack Obama s'est inquiété jeudi des revendications chinoises en mer de Chine méridionale, craignant que Pékin n'abuse de "sa taille considérable et de ses muscles" pour les faire valoir. La Chine revendique 90% de ces eaux potentiellement riches en hydrocarbures et traversées par des voies maritimes de première importance, mais le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, le sultanat de Brunei et Taiwan ont également des prétentions dans ce secteur. "Nous sommes inquiets quand la Chine ne s'en tient pas nécessairement aux normes et aux règles internationales, et quant elle utilise sa taille considérable et ses muscles pour contraindre des Etats à adopter une attitude de subordination", a déclaré le président des Etats-Unis lors d'une visite en Jamaïque. "Nous pensons que cela peut être réglé par la voie diplomatique, mais le seul fait que les Philippines ou le Vietnam ne soient pas aussi vastes que la Chine ne les voue pas à être poussés du coude", a-t-il ajouté. Les autorités chinoises avaient auparavant détaillé leurs projets pour l'archipel des Spratleys, dans la zone contestée. Pékin souhaite y entretenir une présence militaire et développer des services civils pour la pêche ou la navigation dont d'autres Etats de la région pourront bénéficier, a précisé une porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Le gouvernement, qui a prié Washington de ne pas prendre parti, se dit prêt au dialogue avec les pays de la région, mais refuse de coopérer à l'arbitrage international sollicité par les Philippines en vertu de la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM). (Matt Spetalnick et Sui-Lee Wee, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer