Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nouvelles accusations de viols visant la Minusca en RCA

Reuters19/08/2015 à 20:44

NATIONS UNIES, 19 août (Reuters) - La mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) fait à nouveau l'objet d'accusations de viols y compris sur une mineure, a annoncé un porte-parole de l'Onu, mercredi. Le chef de la Minusca, Babacar Gaye, avait été limogé la semaine dernière après une série d'allégations concernant des abus sexuels et le recours à une force excessive de la part des casques bleus engagés dans cette mission en RCA. Il avait été remplacé par Parfait Onanga-Anyanga chargé d'assurer l'intérim. "Une nouvelle série d'accusations troublantes sur de mauvais comportements se sont fait jour", a déclaré Vannina Maestracci, porte-parole de l'Onu, devant la presse. "Les événements présumés se seraient déroulés au cours des dernières semaines", a-t-elle ajouté. "Ces nouvelles allégations concernent un rapport sur le viol de trois jeunes femmes par trois membres du contingent militaire de la Minusca", a-t-elle poursuivi. L'incident s'est produit à Bambari où les troupes de maintien de la paix en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) ont été déployées et l'une des victimes était une mineure. Les familles des trois victimes ont signalé les faits au service de protection des droits de l'homme de la Minusca, a ajouté Vannina Maestracci. Des sources onusiennes, ayant requis l'anonymat, ont confirmé à Reuters que les accusations visaient des soldats de la RDC. Les Nations unies et les autorités congolaises ont été informées des faits le 17 août. "Le pays qui a fourni les troupes a fait l'objet d'une demande pour indiquer dans un délai de 10 jours s'il entendait ouvrir lui-même une enquête sur ces allégations", a poursuivi la porte-parole. "Si un Etat membre refuse d'enquêter ou s'il ne répond pas, les Nations unies mèneront elles-mêmes rapidement une enquête". La Minusca a reçu l'ordre de conserver tous les éléments de preuve à sa disposition dans cette affaire. Depuis son installation en avril 2014, la Minusca a reçu 61 accusations de mauvais comportements présumés dont 13 cas d'abus ou d'exploitation sexuels. (Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.