1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nouveau tour de vis à l'UMP
Le Parisien02/09/2014 à 08:36

Nouveau tour de vis à l'UMP

L'UMP au régime sec. Deux mois après les conclusions du cabinet d'audit Advolis sur l'état des finances du parti et l'annonce des premières mesures pour enrayer l'endettement record de 74,5 MEUR, dû essentiellement aux dépenses de la campagne présidentielle de 2012, un nouveau tour de vis budgétaire aura lieu dans les prochains jours rue de Vaugirard, au siège de l'UMP. Le secrétaire général Luc Chatel va présenter une série de mesures lors du bureau politique, la semaine prochaine, allant « même au-delà des solutions préconisées », assure son entourage. Dans ses conclusions de juillet, Advolis n'y était déjà pas allé par quatre chemins pour éviter à l'UMP d'être en cessation de paiement, notamment en lui recommandant de « diminuer sa masse salariale et ses dépenses de fonctionnement d'environ 20 % », et surtout de limiter ses dépenses de meeting et de communication (plafonnées à' M€ pour la période 2014-2017). Chatel entend donc accélérer le rythme en annonçant que « des économies supplémentaires peuvent encore être trouvées ». Comment ? En passant, par exemple, par la renégociation de tous les contrats de prestataires (téléphonie, gardiennage, entretien du bâtiment, abonnement aux agences de presse...), mais aussi en confirmant le principe du non-remplacement automatique de chaque départ de salarié et, surtout, en installant les méthodes du management moderne à tous les étages du parti. En clair, il s'agit d'améliorer la productivité des permanents, dont le nombre est déjà passé de 100 postes à temps plein à 80 postes depuis le début de l'année.

« Luc Chatel est dans une logique de reprise d'une entreprise en difficulté, en mettant à profit son expérience du privé », souligne-t-on au siège du parti, rappelant le parcours de DRH chez L'Oréal de l'ancien ministre de l'Education nationale. D'ailleurs, depuis déjà quelques semaines, tous les chefs de pôle sont désormais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M7361806
    02 septembre08:41

    UMP , C'est la fiesta avec ton fric ! il faut faire disparaitre cet état major de ripoux !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer