Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nouveau désaccord entre Peillon et les enseignants

Reuters25/02/2013 à 12:56

LA PROPOSITION DE RACCOURCIR LES VACANCES SCOLAIRES D'ÉTÉ FRAÎCHEMENT ACCUEILLIE

PARIS (Reuters) - La proposition de Vincent Peillon de raccourcir les vacances scolaires d'été de deux mois à six semaines et de les répartir en deux zones géographiques a été fraîchement accueillie par les enseignants en plein débat sur la réforme des rythmes scolaires.

Le ministre de l'Education a déclaré dimanche que six semaines de vacances d'été, "c'est suffisant", mais que cette réforme ne pouvait être envisagée avant 2015.

"Il faut d'abord changer les habitudes de beaucoup de gens, faire travailler plus les professeurs, donc il y aura des questions de moyens", a-t-il expliqué sur BFM TV.

A Matignon, on indique lundi que "comme l'a indiqué Vincent Peillon, cette piste n'est pas à l'ordre du jour. Elle sera peut-être évoquée, mais pas avant 2015".

Les déclarations du ministre de l'Education n'en ont pas moins déchaîné les critiques de l'opposition.

"Vincent Peillon est un récidiviste de la gaffe", a dit sur Canal+ l'ancien ministre UMP de l'Agriculture, Bruno Le Maire

UNE RÉFORME QUI PASSE MAL

Vincent Peillon se heurte depuis plusieurs mois à la communauté enseignante concernant la réforme des rythmes scolaires qui prévoit le retour à la semaine de quatre jours et demi dès la rentrée 2013.

Plusieurs maires de villes socialistes, à l'image de Lyon et de Montpellier, ont annoncé leur intention de reporter cette réforme contestée à la rentrée 2014.

Réagissant aux déclarations de Vincent Peillon sur les vacances scolaires, le secrétaire national du Snuipp, principal syndicat d'enseignants du primaire, a appelé le ministre de l'Education à cesser de faire des "annonces intempestives".

"Il embrouille tout le monde", a dit Sébastien Sihr dans Le Parisien. "On ne comprend plus rien aux contours de sa réforme. Si on doit modifier le rythme annuel, parlons-en maintenant, parce que cela a une incidence sur tout le reste."

Pour Bernadette Groison, présidente de la FSU, la première fédération de l'éducation, les rythmes scolaires méritent une "réflexion globale" sur le calendrier de l'année scolaire dans son ensemble.

"Là, c'est prendre le problème à l'envers, c'est créer une polémique inutile", a-t-elle dit sur France Info. "On a besoin de sérénité et de concertation".

"Si on rallonge de manière importante le temps d'enseignement, il faudra pouvoir dire aux enseignants qu'il va y avoir des contreparties, vous comprenez bien qu'aucun salarié ne va accepter que l'on modifie son temps de travail sans qu'on regarde ses conditions de travail", a-t-elle ajouté.

PISTE DE RÉFLEXION

Dans la majorité, le Premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, a souligné sur RTL qu'il ne s'agissait que d'une "piste de réflexion, il n'y a aucune réflexion dans ce domaine".

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, s'est montré plus positif en estimant sur France Inter qu'il fallait ouvrir le débat sur les vacances scolaires d'été.

Mais "il faut aussi beaucoup de considération à l'égard des enseignants (...) Il faut saluer leur engagement et leur travail et donc les écouter aussi", a-t-il ajouté.

Autre voix discordante, la FCPE, la principale organisation de parents d'élèves, qui a exprimé lundi sa satisfaction.

"C'est nos demandes", a-t-il dit sur France Info. "Cinq heures de classe par jour à l'école, pas plus de six heures au collège, jamais plus de sept au lycée. Quatre-vingt dix minutes garanties à tous le midi, jamais plus de sept semaines de classe d'affilée, jamais moins de deux semaines de congé et une réduction des vacances d'été, parce que c'est une demande sociale réelle, qui rejoint le besoin pédagogique."

Les professionnels du tourisme ont émis début février le souhait de voir s'étendre la réforme des rythmes scolaires aux vacances, notamment via l'instauration d'un nouveau calendrier.

Ils prônaient notamment le raccourcissement des vacances estivales à six semaines avec la mise en place d'un zonage et le maintien des vacances d'hiver en février et des vacances de printemps en avril.

Marine Pennetier et Emmanuel Jarry, avec Elizabeth Pineau et Marc Joanny


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.