1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Nous avons préféré baisser les impôts plus vite que le déficit», déclare Gérald Darmanin
Le Parisien18/09/2019 à 10:03

«Nous avons préféré baisser les impôts plus vite que le déficit», déclare Gérald Darmanin

Il boucle certainement son dernier budget. Même s'il ne l'a pas encore annoncé officiellement, on sent bien que Gérald Darmanin trépigne d'impatience à l'idée de briguer la mairie de Tourcoing (Nord), sa ville de cœur dont il a déjà tenu les rênes avant d'être appelé au gouvernement. D'ailleurs, lorsqu'on lui pose la question, il est plutôt facile de lire entre les lignes : « Je dirais si je suis candidat à Tourcoing le jour de la Saint-Valentin, n'est-ce pas le jour des déclarations d'amour ? »D'ici là, il lui reste à défendre le Budget 2020. À un peu plus d'une semaine du rendu de copie en Conseil des ministres, le 27 septembre, le grand argentier de la France dévoile au « Parisien/Aujourd'hui-en-France » les principaux arbitrages économiques et politiques du budget.Budget 2020C'est le premier budget post-Gilets Jaunes. Était-ce un casse-tête ?GERALD DARMANIN. C'est surtout un budget de pouvoir d'achat et de baisses d'impôt. Je tiens à préciser que nous avons fait la plus grosse baisse d'impôt qu'un gouvernement de la Ve République ait réalisée, soit 27 milliards d'euros (Md€) de baisse dans ce quinquennat.Le déficit est néanmoins plus haut que prévu. Est-ce un échec ?Nous passons d'un déficit de 3,4 % en 2017 à 2,2 % en 2020. Entre cette année et l'an prochain, le déficit baissera de plus de 20 Md€. Alors oui, c'est vrai que nous avions dit que nous le baisserions plus vite mais nous conduisons notre politique avec les réalités, pas avec de la comptabilité. Nous avons été à l'écoute du Grand débat, et nous avons préféré baisser les impôts plus vite que le déficit.*Mise à jour le 18 septembre à 10 heures : une erreur de retranscription s'est glissée dans la version de notre interview du ministre de l'Action et des comptes publics. Il faut bien lire « nous avons préféré baisser les impôts plus vite que le déficit » et non pas, comme nous l'avons ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jpam
    18 septembre10:25

    C'est pas qu'ils ont "préférés", c'est qu'ils ont eu la trouille des "GJ" et de l'ampleur que pouvait prendre ce mouvement...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer