Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Notre-Dame-des-Landes : vers une annulation du contrat entre l'État et Vinci ?
Le Point12/01/2018 à 11:41

À quelques jours de la décision du gouvernement sur le maintien ou non du projet du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l'État envisagerait de réclamer l'annulation du contrat qui le lie au groupe Vinci. L'entreprise de BTP a été choisie en 2010 pour la construction et l'exploitation de l'aéroport pour une durée de 55 ans. Mais selon une information de France Info, une clause dans ce contrat ne plairait pas à l'exécutif, qui étudierait la possibilité de contester le document sur le plan juridique.

Dans le contrat entre l'État et Vinci, via la société concessionnaire Aéroports du Grand Ouest (AGO), détenue à 85 % par Vinci Airports, une clause prévoit une indemnité pouvant s'élever jusqu'à 350 millions d'euros en cas d'abandon du projet d'aéroport. Un ministre du gouvernement, interrogé par France Info sous couvert d'anonymat, juge cette clause « bizarre » car « tellement favorable au concessionnaire ».

Un « sujet sensible » pour Vinci Airports

Selon ce membre de l'exécutif, « l'enrichissement sans cause » et « l'aide directe à une entreprise » représentent des raisons valables de contester le contrat et de réclamer son annulation. Pour le moment, le géant du BTP n'a pas réagi officiellement. Il faut dire que le sujet est « très sensible à Vinci Airports », selon une source contactée par Le Point.fr.

LIRE AUSSI...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer