1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nos boîtes aux lettres se vident : «Le casier qui déborde, c'est fini»
Le Parisien27/08/2019 à 06:22

Nos boîtes aux lettres se vident : «Le casier qui déborde, c'est fini»

Elle est aux premières loges pour assister au phénomène des boîtes vides. Chaque matin, Lourdes Fernandes, 53 ans, gardienne d'un immeuble très convivial de 24 appartements dans le XVIIe arrondissement à Paris, réceptionne le courrier distribué par le facteur, le trie et le dépose dans les casiers aux noms des locataires.Ceux-ci sont obligés, afin de « maintenir le contact », de passer par sa loge pour le récupérer à toute heure de la journée et jusqu'à tard le soir « tant que les rideaux sont ouverts ». Et ces derniers temps, ils en ressortent souvent bredouilles.« Aujourd'hui, comme on est une grande famille ici, ils passent plus pour dire bonjour que pour récupérer une lettre ! Très souvent, je n'ai rien pour eux. Je leur dis : Ce n'est pas grave, c'est que tout va bien. Certains répondent : Tant mieux ! D'autres : Tiens, mon amoureux ne m'a pas écrit ! », sourit celle que tous les voisins surnomment « Loulou ».«Pas une seule carte postale !»Ce samedi, Lisa et Ugo, jeune couple de retour de trois semaines de vacances sur la Côte d'Azur, viennent claquer la bise à « Loulou » et chercher leur courrier. « Voilà, je n'ai que ça », lâche la concierge en tendant une enveloppe aux couleurs des impôts. C'est une blague mais, en vrai, il n'y a guère plus. Au total, pour près d'un mois d'absence, sept lettres, dont celle, donc, des finances publiques, une de la banque et deux faire-part, l'un de baptême, l'autre de remerciement de mariage. LIRE AUSSI > «Sans courrier, on se sent abandonn黫 Mais pas une seule carte postale ! », commente Ugo, 34 ans, second de cuisine qui a pourtant beaucoup d'amis. Pas de quoi le chambouler à l'heure de la reprise du « boulot ». « Le courrier, ce n'est plus une attente, il m'arrive d'ailleurs d'oublier de le demander », confie-t-il. « Mais quand c'est manuscrit et personnalisé, ça fait toujours plaisir », enchaîne sa compagne, 33 ans, ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer