1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Non-lieu prononcé pour le suspect de la rue Copernic

Reuters12/01/2018 à 15:43

NON-LIEU PRONONCÉ POUR LE SUSPECT DE LA RUE COPERNIC

PARIS (Reuters) - Les juges d'instruction chargés des investigations sur Hassan Diab, principal suspect de l'attentat de 1980 contre la synagogue de la rue Copernic, à Paris, ont prononcé un non-lieu et ordonné sa libération immédiate, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

Ce faisant, ils sont allés à l'encontre des réquisitions du parquet de Paris, qui avait demandé le renvoi devant les assises de ce libano-canadien.

Le parquet soupçonne Hassan Diab d'avoir confectionné et posé la bombe qui a fait quatre morts le 3 octobre 1980.

Il avait requis le 29 novembre sa mise en accusation pour assassinats en relation avec une entreprise terroriste, tentative d'assassinats et destruction volontaire de bien par l'effet d'une substance explosive ou incendiaire en relation avec une entreprise terroriste.

Hassan Diab avait été mis en examen en 2014, six ans après son arrestation au Canada sur mandat d'arrêt international délivré par le juge Marc Trévidic, alors chargé du dossier.

Dans des interviews accordées à la presse française en 2007, cet ancien professeur de sociologie à Ottawa a nié être la personne recherchée, se disant victime d'une homonymie, son nom de famille étant très répandu au Liban.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • delapor4
    12 janvier17:21

    La Justice n'a jamais eu l'autorisation de chercher dans la bonne direction. C'était un false flag comme on en a tant vus depuis un demi- siècle.

    Signaler un abus

  • gache1
    12 janvier15:50

    Décision prise 37 ans après. La justice Française a quelques marges d'amélioration...Combien va t-il obtenir de dédommagements aux frais du contribuable que nous sommes ?

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer