1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nomination d'Adrien Taquet : le gouvernement s'agrandit encore et perd sa parité
Le Parisien25/01/2019 à 15:24

Nomination d'Adrien Taquet : le gouvernement s'agrandit encore et perd sa parité

Un « gouvernement de quinze membres maximum » ? Cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron paraît encore plus lointaine depuis la nomination ce vendredi comme secrétaire d'Etat en charge de la protection de l'enfance du député LREM Adrien Taquet. Ce dernier devient en effet le 35ème membre du gouvernement, (sans compter le Premier d'entre eux, Édouard Philippe). Dans le détail, l'équipe se compose désormais de 16 ministres, 5 ministres délégués et 14 secrétaires d'Etat.Et, depuis l'élection d'Emmanuel Macron en mai 2017, le gouvernement n'a cessé de s'étoffer. De 22 membres (18 ministres et 4 secrétaires d'Etat) au tout début, on passe dès juin 2017 à 29 personnalités. Deux secrétaires d'Etat font leur entrée en novembre 2017 et on atteint 34 membres lors du remaniement d'ampleur du 16 octobre dernier, à la suite de la démission de Gérard Collomb. Dépassant ainsi pour la première fois la moyenne pour toute la Ve République de 33,9 membres. «C'est plus valorisant de pouvoir accéder à un secrétaire d'Etat ou à ministre»Comment expliquer cette inflation ? « Pour une association et même pour un particulier, c'est plus valorisant de pouvoir accéder à un secrétaire d'Etat ou à un ministre que de devoir passer par de simples conseillers techniques ou par l'administration », explique Luc Rouban, directeur de recherches au CNRS et au CEVIPOF, interrogé par Le Parisien. « C'est une très vieille culture française, qui remonte à Louis XIV, de vouloir se sentir proche du pouvoir », ajoute le spécialiste des politiques publiques.Autre explication : la complexité des dossiers à traiter. « A l'intérieur des grands ministères, il peut apparaître nécessaire au fil du temps de faire ressortir un secrétaire d'Etat pour s'occuper d'un domaine particulier », précise Luc Rouban. Des promesses de campagne qui ne durent pasCar Emmanuel Macron n'est pas le premier chef d'Etat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer