Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nombreuses arrestations au Bélarus au début d'une nouvelle manifestation
AFP11/10/2020 à 14:51

Affrontements entre policiers et manifestants le 11 octobre 2020 à Minsk ( AFP / - )

Affrontements entre policiers et manifestants le 11 octobre 2020 à Minsk ( AFP / - )

Plusieurs dizaines de manifestants ont été interpellés dimanche à Minsk au début d'une nouvelle marche hebdomadaire dénonçant la réélection jugée frauduleuse du président Alexandre Loukachenko.

Les images diffusées par le média indépendant tut.by montrent des policiers anti-émeutes et des hommes cagoulés en civil se précipiter sur le terre-plein central d'un grand boulevard de la capitale bélarusse, arrêtant parfois brutalement les manifestants qui y étaient présents en nombre. 

Selon l'ONG Viasna, 39 personnes ont été arrêtées. La manifestation hebdomadaire a toutefois pu commencer, réunissant au moins 10.000 personnes selon une journaliste de l'AFP.

Samedi, le chef de l'Etat contesté a surpris en réunissant plusieurs opposants incarcérés avec qui il a parlé dans la prison des services spéciaux (KGB) afin, selon la présidence bélarusse, de s'entretenir des changements constitutionnels qu'il prévoit.

La chaîne Telegram NEXTA Live qui coordonne en partie la protestation et compte deux millions d'abonnés - dans un pays de 9,5 millions d'habitants - a justement appelé les manifestants à se réunir autour de cette prison et celle du ministère de l'Intérieur pour que "chaque prisonnier politique entende" le peuple.

Des centaines de manifestants, responsables de mouvements politiques, d'organisations syndicales et de journalistes ont été arrêtés depuis début août et incarcérés pour avoir participé ou organisé la contestation.

Une dizaine de journalistes dont des représentants de médias russes ont aussi été interpelés dimanche.

Le mouvement de contestation sans précédent, déclenché par des soupçons de fraudes massives lors de l'élection présidentielle du 9 août, rassemble chaque dimanche des dizaines de milliers de personnes.

En réponse, les autorités déploient en nombre dans Minsk les forces anti-émeutes, des véhicules blindés et des canons à eau. Elles limitent aussi l'accès à l'internet mobile et réduisent les transports en commun pour gêner la mobilisation.

"Peu importe le nombre de personnes qu'ils mettent en prison, nous sortirons quand même parce que les leaders, c'est lui, elle, nous tous", assure à l'AFP Alexandre Starovoïtov, un entrepreneur de 32 ans s'apprêtant à manifester.

Les principales figures de l'opposition sont soit en prison, soit en exil comme la candidate d'opposition à l'élection présidentielle, Svetlana Tikhanovskaïa.

Cette semaine, plusieurs pays européens dont le Royaume-Uni, l'Estonie et la Lettonie ont rappelé leur ambassadeur à Minsk. Le Comité international olympique (CIO) s'est lui dit "très préoccupé" par une discrimination visant les athlètes à cause de leurs opinions politiques.

tk/tbm/alf/ial/

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer