1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

NKM, Fillon, Belkacem... Ces politiques qui ont rejoint le privé

Le Parisien07/02/2018 à 12:45

NKM, Fillon, Belkacem... Ces politiques qui ont rejoint le privé

Après avoir abandonné la politique, Nathalie Kosciusko-Morizet a confirmé mardi avoir rejoint une division de cybersécurité au sein du groupe spécialisé dans le numérique CapGemini, à New York. Comme la conseillère de Paris - qui n'a pas encore officiellement démissionné -, bon nombre d'anciens ministres, députés déchus aux dernières législatives ou candidats malheureux à la présidentielle ont choisi de ne pas s'acharner en politique et de rejoindre le privé. Une tout autre vie que certains ont déjà confié ne pas regretter, tant ils se sentent mieux dans leur costume de financier, conseiller ou même patron de presse. Tour d'horizon des reconversions de politiques les plus significatives de l'année passée.NKM dans la cybersécurité. C'est donc la dernière en date. Agée de 44 ans, polytechnicienne, Nathalie Kosciusko-Morizet est ingénieure de formation. L'ancienne ministre de l'Ecologie, mais avant ça secrétaire d'État chargée de la Prospective et du Développement numérique, est par ailleurs la sœur d'un surdoué du numérique, Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur de Priceminister. Sa reconversion chez CapGemini n'est donc pas seulement le fait de son passé politique et son carnet d'adresses.Nicolas Sarkozy dans l'hôtellerie. Ses conférences rémunérées après avoir quitté l'Elysée avaient déjà fait jaser. Mais cette année, après avoir échoué à la primaire de la droite et du centre en vue de la présidentielle, l'ancien chef de l'Etat a officialisé sa reconversion dans le privé en intégrant le conseil d'administration d'AccorHotels, leader européen dans l'hôtellerie et propriétaire de plusieurs salles de spectacles. Le groupe compte notamment sur son influence à l'international grâce à un carnet d'adresses bien fourni.François Fillon dans la finance. L'ironie du choix de cette reconversion avait à l'époque fait sourire. L'ancien champion de la droite, ayant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aerosp
    07 février15:10

    ils ne vont pas être déçu car elle ne sait pas ce qu'est le travail, elle n'a jamais travaillé

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer