Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

NKM en désaccord avec Nicolas Sarkozy sur le gaz de schiste

Reuters29/09/2014 à 15:07

NKM EN DÉSACCORD AVEC NICOLAS SARKOZY SUR LE GAZ DE SCHISTE

PARIS (Reuters) - L'ancienne ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a marqué lundi son désaccord avec Nicolas Sarkozy sur le débat épineux du gaz de schiste, que l'ancien président a relancé lors de son premier meeting de campagne pour la présidence de l'UMP.

Lors d'un discours à Lambersart (Nord) jeudi dernier, l'ancien chef de l'Etat a opéré un revirement sur le gaz de schiste en jugeant "inacceptable" l'interdiction d'exploiter cette ressource en France.

Or c'est sous sa présidence que la France a bloqué l'exploration et la production de gaz de schiste en interdisant en juillet 2011 la principale technique utilisée pour l'extraire, la fracturation hydraulique.

"Je ne peux pas accepter (...) que les Etats-Unis soient devenus du point de vue de l'énergie indépendants grâce au gaz de schiste et que la France ne puisse pas profiter de cette nouvelle énergie alors que le chômage ravage tant de nos territoires", a-t-il dit à Lambersart.

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui soutient Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP, avait défendu le texte de loi devant l'Assemblée nationale.

"Je ne suis pas surprise, c'est un débat ancien entre lui et moi. Je ne suis pas d'accord, tout simplement", a-t-elle commenté sur France Inter.

"Je me suis battue pour qu'on puisse retirer les permis qui avaient été accordés (...) et passer une loi qui aujourd'hui interdit le type d'exploitation qui est pratiqué aux États-Unis", a-t-elle ajouté.

Si elle est opposée à la technique d'extraction, Nathalie Kosciusko-Morizet n'est pas hostile au gaz en lui-même -- "du méthane que la France doit aujourd'hui importer".

"Ce produit qu'on importe, si on pouvait le produire de manière propre chez nous, pourquoi pas".

LE GOUVERNEMENT OPPOSÉ AU SCHISTE

L'ancien ministre socialiste du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait rouvert la polémique en vantant dans le gaz de schiste "un gaz made in France", mais François Hollande a toujours refusé de revenir sur la loi de 2011.

Dimanche, Ségolène Royal a réitéré l'opposition du gouvernement à l'exploration et à la production de cette énergie fossile, dont la présence dans le sous-sol français n'a jamais été vérifiée.

"Tant que je serai ministre de l'Ecologie, il n'y aura pas de gaz de schiste en France. (...) Tous nos moyens publics et privés doivent être mis sur les économies d'énergie et les énergies renouvelables ", a déclaré sur Europe 1 la ministre de l'Ecologie, dont la loi de transition énergétique sera débattue à l'Assemblée nationale à partir de mercredi.

Les opposants au gaz de schiste soulignent que l'extraction de cette énergie, qui nécessite de grandes quantités d'eau et des produits chimiques, est dommageable à l'environnement et qu'elle n'est pas souhaitable à l'heure où la France cherche à réduire drastiquement ses émissions de gaz à effet de serre.

Fin 2013, un rapport parlementaire, plutôt favorable à cette ressource, avait établi que la fracturation hydraulique s'était "considérablement améliorée" et représentait la "meilleure technique" pour extraire le gaz et le pétrole de schiste.

(Marion Douet, édité par Sophie Louet)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.