Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nicolas Sarkozy récuse l'idée d'un FN arbitre du second tour

Reuters24/04/2012 à 11:20

Nicolas Sarkozy récuse l'idée d'un FN arbitre du second tour

PARIS (Reuters) - La présidente du Front national, Marine Le Pen, arrivée troisième dimanche au premier tour de l'élection présidentielle, n'est absolument pas l'arbitre du second tour, a déclaré mardi Nicolas Sarkozy, qui affrontera le socialiste François Hollande.

"L'arbitre du second tour, comme l'arbitre du premier tour, il n'y en a qu'un seul", a dit le président-candidat sur France 2.

"C'est pas les sondeurs, c'est pas les observateurs, c'est pas les commentateurs, ce sont les Français et les Français sont libres (...) C'est pas Mme Le Pen. Mme Le Pen n'est pas plus propriétaire de ses voix que moi", a-t-il ajouté.

Marine Le Pen a obtenu dimanche 17,9% des suffrages, un record pour le parti d'extrême droite, derrière François Hollande (28,63%) et Nicolas Sarkozy (27,18%).

Les deux finalistes du second tour ont adressé dès lundi des messages aux électeurs de la candidate du FN.

Le président sortant a assuré les avoir "entendus" et a repris le soir, lors d'un meeting à Tours, tous les thèmes susceptibles de les séduire, de la réduction de l'immigration à la critique de l'assistanat en passant par la sécurité, le refus d'une "Europe passoire" et du "communautarisme", etc.

Son adversaire socialiste a pour sa part dit vouloir se mettre à l'écoute de tous les Français, y compris des électeurs de Marine Le Pen -"Nous devons les entendre", a-t-il dit.

Nicolas Sarkozy a expliqué mardi la percée de la candidate du FN, qui a presque doublé le score obtenu par son père, Jean-Marie Le Pen, lors de la présidentielle de 2007, par les quatre années de crise que vient de traverser la France et l'Europe.

"Il n'y en a pas un seul qui pense que Marine Le Pen est en mesure de gouverner ou de diriger la France", a-t-il dit sur France 2. "C'est une façon de dire à l'ensemble des autres responsables: 'Tenez compte de notre situation'. Pour répondre à cela, il faut (...) leur dire précisément ce qu'on va faire."

"Depuis le début de la campagne, je dis le mot frontière c'est pas un gros mot, c'est une erreur d'abaisser les frontières (...) quand l'Europe ne défend pas les siennes", a-t-il ainsi précisé. "Je dis, nous ne pouvons pas continuer à recevoir autant de personnes étrangères chez nous."

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, édité par Thierry Lévêque


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.