Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nicolas Sarkozy prend date pour 2017 avec son congrès fondateur

Reuters28/05/2015 à 10:35

NICOLAS SARKOZY VA LANCER SAMEDI LE CONGRÈS FONDATEUR DES "RÉPUBLICAINS"

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Près de six mois après son retour à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy devrait porter samedi sur les fonts baptismaux "Les Républicains", un nouveau nom censé symboliser l'union retrouvée d'une droite pourtant débordante d'ambitions rivales pour 2017.

Les collaborateurs de l'ancien chef de l'Etat l'assurent, le "congrès fondateur" de samedi, à Paris, ne sera pas la grand'messe d'intronisation que fut le congrès du Bourget de 2004, un show à l'américaine de quelque cinq millions d'euros sacrant le futur candidat à l'élection présidentielle de 2007.

"Notre congrès ne doit certainement pas être le meeting de lancement de la campagne présidentielle", a prévenu dans Le Figaro l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Samedi, "les Républicains vont se mettre en marche", "la marche de l'alternance", souligne Sébastien Huyghe, l'un des porte-parole de l'UMP.

A charge pour les adhérents de légitimer le scénario que Nicolas Sarkozy caresse depuis l'automne dernier : un parti à sa main, officiellement réconcilié et lavé des "affaires" passées par la grâce d'un changement d'appellation, un cheval de Troie pour l'homme à battre de la primaire de 2016.

Au total, 213.030 militants à jour de cotisation au 31 décembre 2014 sont appelés à se prononcer par vote électronique de jeudi 08h00 à vendredi 18h00 sur le nouveau nom de l'UMP, ainsi que ses statuts renouvelés et la composition de son bureau politique, pléthorique.

PRÉ-CAMPAGNE CONTRE "MOI-JE"

Même si la direction de l'UMP souligne "l'engouement" des militants pour "Les Républicains" -- ce d'autant depuis l'échec d'un recours en justice d'un collectif de gauche contre un "accaparement" sémantique --, les enquêtes menées auprès des sympathisants de droite ne témoignent pas d'un réel enthousiasme, à l'image des ténors du parti.

L'issue du vote, scrutée par le Parti socialiste qui vient d'offrir à François Hollande une majorité avant son Congrès de juin, sera un test de popularité pour Nicolas Sarkozy, déjà engagé dans une pré-campagne contre "Moi je", le sobriquet dont il affuble désormais son successeur.

"Le nom c'est secondaire, l'important, c'est le bon fonctionnement du parti et un bon projet", rétorque un proche de Nicolas Sarkozy.

Le risque d'un désaveu est jugé infime, mais la direction de l'UMP maintient l'incertitude sur la proclamation des résultats, qui devraient être dévoilés samedi devant les militants.

Les temps de parole des candidats déclarés et non déclarés à la primaire -- Alain Juppé, François Fillon, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet... - ont été pesés et "séquencés" en fonction de neuf thèmes tenus secrets avant le discours de clôture de Nicolas Sarkozy.

550.000 EUROS

La société civile, avec des interventions dans la salle, sera à l'honneur dans "une démonstration de force et d'unité" fidèle au "grand rassemblement" que Nicolas Sarkozy appelle de ses voeux pour 2017. Les noms des sportives Marion Bartoli et Maud Fontenoy circulent également, Bernadette Chirac ferait une apparition vidéo, de même que la chancelière Angela Merkel.

Pas de décorum, le ton sera à la "sobriété" selon le terme du trésorier Daniel Fasquelle, pour ne pas dire austérité : entre 500.000 et 550.000 euros ont été engagés pour l'événement, organisé par les équipes du parti sans agence de communication, telle Bygmalion qui vaut à l'UMP des ennuis judiciaires.

L'opération "Mains propres" impulsée par Nicolas Sarkozy, lui-même cité dans plusieurs enquêtes, a redonné confiance aux militants, priés samedi de "venir avec leur panier-repas".

"Nous gagnons plus de 1.000 adhérents chaque jour", se félicite Isabelle Le Callennec, porte-parole de l'UMP.

Le paradoxe est là : Nicolas Sarkozy, que seuls 37% des Français déclarent ne pas regretter dans un récent sondage Ifop-Fiducial, continue de faire battre le coeur sarkozyste de l'UMP, le creuset de son électorat qui, quand bien même la primaire serait largement ouverte en 2016, pourrait faire la différence face à "la menace" Juppé par sa capacité de mobilisation.

"Il est en campagne et a déjà labouré profond. Nous ne devons pas perdre de vue nos sillons", concède un proche de Bruno Le Maire.

Le positionnement programmatique sera la clé de la compétition. Nicolas Sarkozy le sait, qui a renvoyé à 2016 la question cruciale de la ligne des "Républicains" fa

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Près de six mois après son retour à la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy devrait porter samedi sur les fonts baptismaux "Les Républicains", un nouveau nom censé symboliser l'union retrouvée d'une droite pourtant débordante d'ambitions rivales pour 2017.

Les collaborateurs de l'ancien chef de l'Etat l'assurent, le "congrès fondateur" de samedi, à Paris, ne sera pas la grand'messe d'intronisation que fut le congrès du Bourget de 2004, un show à l'américaine de quelque cinq millions d'euros sacrant le futur candidat à l'élection présidentielle de 2007.

"Notre congrès ne doit certainement pas être le meeting de lancement de la campagne présidentielle", a prévenu dans Le Figaro l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Samedi, "les Républicains vont se mettre en marche", "la marche de l'alternance", souligne Sébastien Huyghe, l'un des porte-parole de l'UMP.

A charge pour les adhérents de légitimer le scénario que Nicolas Sarkozy caresse depuis l'automne dernier : un parti à sa main, officiellement réconcilié et lavé des "affaires" passées par la grâce d'un changement d'appellation, un cheval de Troie pour l'homme à battre de la primaire de 2016.

Au total, 213.030 militants à jour de cotisation au 31 décembre 2014 sont appelés à se prononcer par vote électronique de jeudi 08h00 à vendredi 18h00 sur le nouveau nom de l'UMP, ainsi que ses statuts renouvelés et la composition de son bureau politique, pléthorique.

PRÉ-CAMPAGNE CONTRE "MOI-JE"

Même si la direction de l'UMP souligne "l'engouement" des militants pour "Les Républicains" -- ce d'autant depuis l'échec d'un recours en justice d'un collectif de gauche contre un "accaparement" sémantique --, les enquêtes menées auprès des sympathisants de droite ne témoignent pas d'un réel enthousiasme, à l'image des ténors du parti.

L'issue du vote, scrutée par le Parti socialiste qui vient d'offrir à François Hollande une majorité avant son Congrès de juin, sera un test de popularité pour Nicolas Sarkozy, déjà engagé dans une pré-campagne contre "Moi je", le sobriquet dont il affuble désormais son successeur.

"Le nom c'est secondaire, l'important, c'est le bon fonctionnement du parti et un bon projet", rétorque un proche de Nicolas Sarkozy.

Le risque d'un désaveu est jugé infime, mais la direction de l'UMP maintient l'incertitude sur la proclamation des résultats, qui devraient être dévoilés samedi devant les militants.

Les temps de parole des candidats déclarés et non déclarés à la primaire -- Alain Juppé, François Fillon, Xavier Bertrand, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet... - ont été pesés et "séquencés" en fonction de neuf thèmes tenus secrets avant le discours de clôture de Nicolas Sarkozy.

550.000 EUROS

La société civile, avec des interventions dans la salle, sera à l'honneur dans "une démonstration de force et d'unité" fidèle au "grand rassemblement" que Nicolas Sarkozy appelle de ses voeux pour 2017. Les noms des sportives Marion Bartoli et Maud Fontenoy circulent également, Bernadette Chirac ferait une apparition vidéo, de même que la chancelière Angela Merkel.

Pas de décorum, le ton sera à la "sobriété" selon le terme du trésorier Daniel Fasquelle, pour ne pas dire austérité : entre 500.000 et 550.000 euros ont été engagés pour l'événement, organisé par les équipes du parti sans agence de communication, telle Bygmalion qui vaut à l'UMP des ennuis judiciaires.

L'opération "Mains propres" impulsée par Nicolas Sarkozy, lui-même cité dans plusieurs enquêtes, a redonné confiance aux militants, priés samedi de "venir avec leur panier-repas".

"Nous gagnons plus de 1.000 adhérents chaque jour", se félicite Isabelle Le Callennec, porte-parole de l'UMP.

Le paradoxe est là : Nicolas Sarkozy, que seuls 37% des Français déclarent ne pas regretter dans un récent sondage Ifop-Fiducial, continue de faire battre le coeur sarkozyste de l'UMP, le creuset de son électorat qui, quand bien même la primaire serait largement ouverte en 2016, pourrait faire la différence face à "la menace" Juppé par sa capacité de mobilisation.

"Il est en campagne et a déjà labouré profond. Nous ne devons pas perdre de vue nos sillons", concède un proche de Bruno Le Maire.

Le positionnement programmatique sera la clé de la compétition. Nicolas Sarkozy le sait, qui a renvoyé à 2016 la question cruciale de la ligne des "Républicains" face à la concurrence du Front national.

"Ce doit être une ligne politique beaucoup plus réaffirmée, une ligne politique plus claire dans laquelle on assume de dire qu'on doit redéfendre les valeurs de la République", avance le secrétaire général de l'UMP Laurent Wauquiez, tenant de la ligne "droitière" du parti.

(avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.