Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nicolas Sarkozy n'exclut pas un référendum réclamé par Bayrou

Reuters28/04/2012 à 01:06

Nicolas Sarkozy n'exclut pas un référendum réclamé par Bayrou

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy n'exclut pas un référendum sur des mesures de moralisation de la vie publique et réaffirme son intention d'en organiser un, le cas échéant, pour inscrire une règle d'or de bonne discipline budgétaire dans la Constitution française.

Le président sortant donne ces assurances dans sa réponse, publiée vendredi soir, à la lettre adressée par François Bayrou aux deux candidats en lice pour le deuxième tour de la présidentielle. Le dirigeant du MoDem réclamait dans sa missive des "mesures crédibles" pour le redressement financier de la France.

Le candidat socialiste François Hollande a indiqué de son côté qu'il avait lui aussi répondu au dirigeant centriste, qui a indiqué qu'il prendrait ses "responsabilités" en vue du second tour à la lecture des réponses à sa lettre et à l'écoute des discours des deux finalistes d'ici au 6 mai.

"Si les Français m'accordent leurs suffrages, je vous confirme mon intention d'inscrire dans notre Constitution une règle d'or qui empêchera les générations actuelles de s'endetter sur le dos des générations futures", écrit Nicolas Sarkozy.

"Comme vous le savez, j'ai déjà soumis ce texte au Parlement, mais les résultats du scrutin ne m'ont pas permis de pouvoir convoquer le Congrès à fin d'adoption de cette règle. Cette situation devrait-elle se produire à nouveau après l'élection présidentielle, je soumettrai alors au référendum l'adoption de la règle d'or."

Il confirme en outre sa volonté de ramener les finances publiques de la France à l'équilibre en 2016 et reproche au passage à son adversaire socialiste de ne proposer dans son projet "aucune mesure de réduction des dépenses".

Alors que François Bayrou estime dans sa lettre que les projets de François Hollande comme de Nicolas Sarkozy sont "insoutenables économiquement" du fait d'hypothèses trop optimistes, il répond que si sa prévision de croissance, "crédible et raisonnable", devait s'avérer plus faible que prévu, il a veillé "à ce que le budget de l'Etat comporte une réserve de six milliards d'euros par an."

TVA ANTIDÉLOCALISATIONS

Avec le redressement des finances de la France, une des autres priorités du président du MoDem est la lutte pour le maintien de la production en France.

Nicolas Sarkozy y répond par les propositions de son projet pour faire baisser le coût du travail, via la "TVA antidélocalisations" qui doit permettre aussi de préserver la protection sociale, et développer la formation des salariés.

S'agissant de la démocratie sociale, autre sujet cher à François Bayrou, il dit son opposition à sa proposition de nommer trois représentants des salariés avec droit de vote dans les conseils d'administration des grandes entreprises, estimant que "l'entreprise appartenant aux actionnaires, ceux-ci doivent pouvoir en assumer la direction avec la plénitude des pouvoirs".

Mais il rappelle les mesures qu'il propose pour encadrer la rémunération des dirigeants, en particulier la présence de salariés dans les comités des rémunérations.

Nicolas Sarkozy déclare encore partager l'analyse de François Bayrou sur la "crise de l'éducation" et insiste sur toutes les propositions qu'il avance sur le sujet, comme le renforcement de l'encadrement des élèves dans le primaire.

En matière institutionnelle, il indique que son projet d'introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives répond au souhait de François Bayrou et recense les mesures qu'il a mises en oeuvre pour réformer les institutions, avec entre autres le renforcement des pouvoirs du Parlement, la question prioritaire de constitutionnalité.

Si le dirigeant du MoDem souhaite un référendum sur la moralisation de la vie publique, Nicolas Sarkozy souligne que le Parlement est parvenu à légiférer sur le sujet ces dernières années et qu'une telle consultation "peut difficilement être organisé sur un trop grand nombre de mesures".

"Toutefois, et sous cette réserve, s'il venait à y avoir un blocage sur ce sujet, je suis tout à fait disposé à saisir les Français par référendum des propositions que vous avez formulées", indique-t-il.

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Loup Fiévet


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.