Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Nicolas Sarkozy lance son appel de Toulon pour le 6 mai

Reuters04/05/2012 à 00:18

Nicolas Sarkozy lance son appel de Toulon pour le 6 mai

par Yann Le Guernigou

TOULON, Var (Reuters) - Nicolas Sarkozy a lancé jeudi son "appel de Toulon" au peuple de France pour qu'il se mobilise dans les urnes et évite dimanche le retour au pouvoir d'une gauche "qui a abîmé la République".

Pour son dernier grand meeting de campagne, au lendemain d'un débat télévisé où il n'a pas réussi à déstabiliser son adversaire socialiste François Hollande, le président-candidat a estimé que, dans le climat de crise économique qui persiste, "ce n'est pas le moment de tenter des expériences folles."

Il avait choisi de s'exprimer à Toulon, terre de droite mais aussi l'une des quatre villes de France gérées dans le passé par le Front national, dont il tente de séduire les 17,9% d'électeurs du premier tour. A l'heure où il tenait meeting, il ne connaissait pas encore la décision du dirigeant centriste François Bayrou de voter pour son concurrent.

Si les Toulonnais ont de nouveau placé Nicolas Sarkozy en tête le 22 avril, il a accusé, avec 32,21% des suffrages, un recul de près de six points par rapport à 2007 dans la ville pendant que Marine Le Pen, la candidate du FN, en gagnait dix.

Face à plusieurs milliers de personnes réunies au Zénith de Toulon, il a prononcé une longue tirade pour la défense de la République et de ses valeurs, un thème qui trouve un écho certain dans la frange la plus conservatrice de son électorat.

Elle a été l'occasion de pilonner la gauche, accusée d'abîmer la République par son "laxisme" face au communautarisme, à la délinquance, à l'immigration légale, sa "dévalorisation du travail" et son refus de l'autorité.

"Quand l'autorité de toutes les institutions est contestée, quand l'Etat est abaissé, quand les frontières sont effacées, ce n'est pas la République, c'est le système socialiste", a-t-il dit.

S'en prenant à François Hollande, dans le prolongement de leur duel télévisé de jeudi soir, il a dénoncé sa conception du rôle moins omniprésent du président de la République, "qui ne prend aucune responsabilité".

RETOUR À LA IVe RÉPUBLIQUE

"Il veut bien présider, il ne veut pas gouverner. C'est trop risqué", a-t-il déclaré en l'accusant de rêver d'un retour de la IVe République.

Nicolas Sarkozy n'a pas manqué de rappeler que c'est à Toulon qu'il prononça en septembre 2008 son grand discours sur la crise née de la faillite de la banque américaine Lehman Brothers pour dénoncer les dérives du capitalisme financier.

C'est dans la préfecture du Var qu'il est revenu en décembre dernier pour un autre discours, cette fois sur la crise de la zone euro. Evoquant la volonté de François Hollande de renégocier l'accord européen conclu pour y mettre fin, il a brandi le risque d'une réouverture de la "crise de confiance" s'il parvenait à ses fins.

"Ce serait une folie. Personne ne l'acceptera. Personne ne le fera. Ceux qui disent le contraire sont des irresponsables ou des menteurs", a-t-il indiqué.

Nicolas Sarkozy avait terminé son discours quand le président du MoDem François Bayrou a annoncé qu'il voterait François Hollande dimanche en reprochant au président sortant sa "course-poursuite" avec le Front national (pour rattraper son retard sur son rival socialiste).

Jeudi soir, il a une nouvelle fois bénéficié du soutien de Bernadette Chirac, l'épouse de son prédécesseur, qui l'a précédé à la tribune pour déclarer que les lignes avaient bougé depuis le premier tour et que la victoire était "désormais possible".

Il a achevé son intervention par un ultime appel à ses troupes avant la fin, vendredi soir, de la campagne officielle.

"Il reste un jour, un jour pour convaincre, un jour, je vous le promets, pour la plus belle victoire qui soit, celle que vous avez méritée, celle que nous serons allés chercher, celle qu'on aura refusé de nous donner et celle que nous aurons imposée!"

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.