Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nicolas Sarkozy entre éloge des frontières et recentrage

Reuters29/04/2012 à 23:14

Nicolas Sarkozy entre éloge des frontières et recentrage

par Guillaume Serries

TOULOUSE (Reuters) - Nicolas Sarkozy a prononcé dimanche à Toulouse une ode aux frontières protectrices de la civilisation et de la société françaises mais a amorcé également un recentrage de son discours, à une semaine du second tour de l'élection présidentielle.

Depuis le premier tour, qui a tourné à l'avantage du socialiste François Hollande, le chef de l'Etat s'était lancé dans une chasse effrénée aux voix du Front national, au risque d'effaroucher les électeurs du centre et de la droite modérée.

A Toulouse, ville de gauche, dans un hall d'exposition bondé, il a délaissé les improvisations enflammées sur l'immigration, l'insécurité ou l'assistanat, pour revenir à un discours écrit et plus policé, retransmis simultanément dans sept autres meetings, présidés notamment par le Premier ministre François Fillon et le patron de l'UMP, Jean-François Copé.

Il a pris soin de mettre en valeur des personnalités symboles d'ouverture, assises au premier rang, dont Rama Yade, ex-ministre des Sports passée au Parti radical, ou les orateurs surprises du jour : l'ancien ministre socialiste de l'Education Claude Allègre et l'ex-secrétaire d'Etat Jean-Marie Bockel, lui aussi venu du PS et fondateur de la Gauche moderne.

"Que m'importe que parmi vous, il y ait des radicaux, des centristes, des UMP, des non inscrits, des Gauche moderne", a-t-il dit. "Pour moi, vous êtes des Français qui placez l'intérêt général au-dessus de tout (...) et c'est ensemble que nous allons construire le rassemblement immense du 6 mai."

S'il n'a pas épargné François Hollande, il a fait preuve de plus de mesure que d'habitude et c'est Claude Allègre qui s'est taillé un vrai succès en brocardant son ex-camarade de parti.

NATION ET FRONTIÈRES

"Ce n'est pas moi qui ai parlé d'un capitaine de pédalo dans la tempête mais l'image est proche de la vérité", a lancé, citant Jean-Luc Mélenchon, l'ex-ministre PS pour qui élire François Hollande, "qui n'a aucune expérience", serait "mettre un débutant à la tête de l'Etat".

Claude Allègre, dont c'était le premier discours dans un meeting de Nicolas Sarkozy, a assuré garder ses convictions et délivré un brevet de démocratie au président sortant : "Ma simple présence garantit que cet homme est un démocrate total."

"Parce que nous sommes authentiquement de gauche, le 6 mai nous voterons Nicolas Sarkozy !" a lancé Jean-Marie Bockel.

Fort de ces cautions, le président-candidat s'est lancé dans un long éloge de la nation et des frontières sous toutes leurs formes, avec des accents plus à même de séduire les électeurs des extrêmes, inquiets de la mondialisation, que ceux du centre.

"Quand on nie l'importance de la nation on ouvre la porte à la loi des communautés et des tribus", a dit le chef de l'Etat, qui a jugé "indissociables" les questions nationale et sociale.

"Je ne me résignerai jamais à l'aplatissement du monde - une seule langue, une seule culture, un seul mode de vie, une seule gastronomie, un seul territoire (...) Je n'accepterai pas que nous disparaissions en tant que civilisation", a-t-il ajouté.

Il a déploré l'effacement des frontières politiques, économiques, culturelles et morales, responsable selon lui du "désordre du monde" et des crises de ces dernières années.

TABOU

Il a regretté que l'Europe ait "trop cédé à la religion du libre échange" et promis de ne pas laisser la France "se diluer dans la mondialisation", car sans frontière, a-t-il insisté, il n'y a ni nation, ni Etat, ni République, ni protection sociale.

Il a assuré qu'il ne s'agissait pas pour la France de s'abandonner au protectionnisme, de s'isoler ou de se fermer à toute immigration mais au contraire de rester "un pays ouvert".

"Mais je veux des frontières respectées, des frontières défendues, des frontières qui permettent d'assurer la maîtrise de l'immigration, de faire respecter la réciprocité dans les échanges commerciaux et de lutter contre l'évasion fiscale."

"Je veux mettre les frontières au coeur de la politique parce que je veux une Europe qui protège et non une Europe qui expose", a-t-il ajouté. "Parce que je ne veux pas d'un monde où tout se vaut, où il n'y a pas de limite, plus de repères."

Il a souligné que telle était la condition de l'émergence d'un "nouveau modèle français" - "Pour construire les Trente glorieuses du XXIe siècle il nous faut des frontières qui rassemblent et qui unissent." Et de promettre que la France pourrait, à ce prix, incarner "aux yeux du monde la nouvelle frontière de la civilisation du XXIe siècle".

Avec Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou à Paris

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.