1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Niches fiscales : les entreprises échappent au grand coup de rabot
Le Parisien11/07/2019 à 20:37

Niches fiscales : les entreprises échappent au grand coup de rabot

Voilà des semaines que les conseillers du ministère de l'Économie et des Finances s'arrachent les cheveux. Des heures de réunions à scruter une à une les niches fiscales des entreprises pour trouver quelques économies à faire. Des journées entières à parlementer avec les professionnels de tel ou tel secteur pour grappiller quelques centaines de millions d'euros. Finalement, le casse-tête était quasi impossible : trouver fissa entre 1 et 1,5 milliard d'euros d'économies pour compenser une partie des 5 milliards d'euros dévolus à la baisse d'impôt sur le revenu des classes moyennes, prévue à partir du 1er janvier 2020.Ce jeudi, lors du débat d'orientation des finances publiques - qui ouvre les discussions du budget pour 2020 - le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a finalement présenté sa copie aux parlementaires. Et elle paraît bien moins ambitieuse qu'annoncée. En 2020, le rabot sur les niches fiscales des patrons sera en effet de 615 millions d'euros seulement. Environ deux fois mois que l'objectif initial.Une seule niche fiscale ciblée dès 2020. Les professionnels du BTP seront les premiers mis à contribution. L'avantage fiscal sur le gazole non routier (GNR), qui permet aux entrepreneurs de payer le carburant 50 % moins cher, va être supprimé en trois ans. Le gain de cette mesure « verte » sera de 215 millions d'euros pour l'État dès 2020. Puis de 900 millions à terme. « Ce n'est pas une bonne nouvelle pour les 400 000 entreprises du secteur, dénonce Jacques Chanut, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB). Nous demandions notamment un étalement sur quatre ans, et non trois, pour avoir le temps d'absorber la dépense en augmentant peu à peu nos prix. À force de tirer sur la corde, j'ai peur que l'exaspération ne se transforme en colère. »Le mécénat d'entreprise et le crédit impôt recherche (CIR) légèrement rabotés en 2021. Là, les entreprises ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer