Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Netanyahu en vol pour une visite risquée à Washington

Reuters01/03/2015 à 13:54

par Matt Spetalnick WASHINGTON, 1er mars (Reuters) - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est envolé dimanche pour les Etats-Unis où le discours qu'il prononcera mardi devant le Congrès menace de dégrader un peu plus ses relations avec Barack Obama. Les négociations en cours sur le programme nucléaire iranien ont accentué les divisions entre Obama et Netanyahu, qui estime que dans ce dossier susceptible de "décider de notre vie ou de notre mort", les grandes puissances, Etats-Unis en tête, ont trahi leur promesse d'empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique. "Je pars à Washington pour une mission fatidique, historique même. J'ai le sentiment d'être l'émissaire de tous les citoyens d'Israël, même de ceux qui sont en désaccord avec moi, et de tout le peuple juif", a-t-il dit sur le tarmac de l'aéroport de Tel Aviv. "J'éprouve une inquiétude profonde et sincère sur la sécurité de tous les citoyens d'Israël et sur le sort de notre pays et de notre peuple. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour garantir notre avenir", a-t-il poursuivi. A Washington, l'administration Obama ne décolère pas face à ce qu'elle considère comme un affront à sa diplomatie alors que se poursuivent les négociations entre l'Iran et le groupe du P+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Chine, Russie et Allemagne). La prochaine réunion est prévue jeudi à Montreux, en Suisse, moins de quarante-huit heure après le discours que Netanyahu aura prononcé au Congrès à l'invitation du président républicain de la Chambre des représentants, John Boehner. Les deux gouvernements s'emploient parallèlement à affirmer que la coopération bilatérale dans des dossiers cruciaux comme la lutte contre le terrorisme, le renseignement et la cybersécurité n'est pas affectée et ne le sera pas. Mais cette rupture, qui s'ajoute aux relations personnelles difficiles entre Obama et Netanyahu, pourrait avoir un impact réel. Comme le résume un ancien responsable américain: "Evidemment, quand Netanyahu appellera la Maison blanche, Obama répondra. Mais avec quelle célérité répondra-t-il à une crise ?" Le mois dernier, des responsables de l'administration américaine ont accusé le gouvernement israélien d'avoir fait fuiter des informations de nature à nuire aux négociations en cours avec l'Iran et ont décidé de limiter à l'avenir le partage d'informations sensibles sur le sujet. VISITE POLITISÉE L'une des raisons pour lesquelles les derniers développements dramatisent les relations entre les deux pays tient à ce que Netanyahu, en répondant à une invitation que Boehner a lancée sans consultation préalable de la Maison blanche, rompt avec la longue tradition israélienne veillant à ménager démocrates et républicains. Sous couvert d'anonymat, un responsable américain parle d'une visite "politisée" qui menace "ce qui assure la force même de notre relation". Et une vingtaine de parlementaires démocrates, selon des pointages officieux, pourraient boycotter son discours. Obama a refusé pour sa part de le recevoir à la Maison blanche en raison de la trop grande proximité des élections législatives israéliennes, le 17 mars. Pas question, a-t-il expliqué, de donner l'impression qu'il s'immisce dans la campagne électorale. Netanyahu, lors de son discours, devrait exhorter le Congrès à voter de nouvelles sanctions contre l'Iran, et ce, même si Obama a indiqué qu'une telle législation saboterait les discussions avec Téhéran et qu'il userait de son droit de veto pour la mettre en échec. Recourant à un langage inhabituellement sévère, Susan Rice, la conseillère nationale à la sécurité d'Obama, a déploré cette semaine que Netanyahu introduise un biais partisan "non seulement malheureux mais aussi destructeur pour la structure même de nos relations". Netanyahu interviendra aussi lundi devant l'AIPAC, le Comité américain pour les Affaires publiques israéliennes, un groupe de pression soutenant Israël aux Etats-Unis. Mais le Premier ministre israélien devrait s'employer à éviter que les relations dégénèrent. Son entourage a fait savoir le mois dernier que le texte de son discours au Congrès pourrait être modifié dans une voie d'apaisement. Et nul ne croit que l'administration Obama pourrait abandonner Israël dans l'éventualité d'un nouveau conflit contre le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais. "N'oublions pas que les Etats-Unis ont besoin de tous leurs alliés au Moyen-Orient", note Aaron David Miller, ancien négociateur pour le Moyen-Orient qui a travaillé tant pour des administrations démocrates que républicaines. (avec Dan Williams à Jérusalem; Henri-Pierre André pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.