Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nelson Mandela hospitalisé dans un état grave

Reuters08/06/2013 à 17:34

NELSON MANDELA HOSPITALISÉ

par Ed Cropley

JOHANNESBURG (Reuters) - L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, âgé de 94 ans, se trouve dans un état "grave mais stable" après avoir été hospitalisé samedi pour une nouvelle infection pulmonaire, a annoncé le gouvernement.

Le héros de la lutte contre l'apartheid a effectué trois séjours à l'hôpital depuis décembre. Il a été victime d'une rechute il y a quelques jours, précise le communiqué du gouvernement.

"Ce matin vers 01h30 (vendredi 23h30 GMT), son état s'est détérioré et il a été transféré à l'hôpital de Pretoria. Il est toujours dans un état grave mais stable", peut-on lire dans le communiqué.

Les termes utilisés par le gouvernement, notamment le mot "grave", ont alarmé les Sud-Africains pour qui "Madiba", comme on le surnomme affectueusement, reste le symbole de la lutte contre des décennies de pouvoir confisqué par la minorité blanche.

Le porte-parole de la présidence, Mac Maharaj, s'est voulu cependant rassurant sur la santé du prix Nobel de la paix. "Les médecins m'ont dit qu'il respirait par lui-même et c'est à mon avis un signe positif", a-t-il déclaré. "Madiba est battant et à son âge, tant qu'il luttera, il ira bien", a ajouté le porte-parole.

Les problèmes pulmonaires de Nelson Mandela, récurrents, datent de ses longues années de détention à Robben Island, durant lesquelles il a contracté la tuberculose.

Elu premier président de l'Afrique du Sud post-apartheid en 1994, Nelson Mandela a démissionné en 1999 après un mandat. Il s'est retiré de la vie politique depuis longtemps, mais il est toujours considéré comme la conscience morale de l'Afrique du Sud.

Sa dernière apparition publique remonte à 2010. Il avait alors assisté à la finale de la Coupe du monde de football, à Johannesburg.

"TROP SAINT"

Quelques images de télévision ont été tournées en avril à l'occasion de la visite que le président Jacob Zuma lui a rendue à son domicile. Le Congrès national africain (ANC) au pouvoir a alors assuré qu'il était "en bonne forme", mais les images montraient un homme amaigri et fragile, prostré dans un fauteuil et la tête soutenue par un coussin.

Depuis son retrait de la vie publique, "Madiba" partage son temps entre sa villa de Johannesburg et son village natal de Qunu, dans la province orientale du Cap.

Le lauréat du Nobel de la paix 1993 a été hospitalisé trois semaines en décembre, déjà pour une infection pulmonaire mais aussi pour des calculs biliaires qui lui ont alors valu une intervention chirurgicale.

Il s'agissait de son plus long séjour à l'hôpital depuis sa libération de prison en 1990, au terme de 27 ans de réclusion. Il y est retourné brièvement début mars pour des "examens de routine" puis y a passé à nouveau neuf jours à la fin du même mois.

Après avoir été le prisonnier politique le plus célèbre de son temps, le père de la "Nation arc-en-ciel" a fait passer l'Afrique du Sud de l'apartheid aux promesses de la démocratie en symbolisant la paix et la réconciliation puis la lutte pour une justice universelle.

Certains lui reprochent toutefois d'avoir fait trop de concessions à la minorité blanche, qui ne représente que 10% des 53 millions de Sud-Africains, dans le processus d'abolition de la ségrégation.

Malgré la politique de discrimination positive mise en oeuvre par l'Etat depuis plus d'une décennie, l'Afrique du Sud reste l'un des pays du monde les plus inégalitaires. Les Blancs continuent à contrôler l'essentiel de l'économie. Et en moyenne, les revenus d'un foyer blanc sont six fois supérieurs à ceux d'une famille noire.

"Mandela a été un peu trop loin en faisant le bien pour les communautés non noires, dans certains cas aux dépens des (Noirs)", a déclaré le président du Zimbabwe Robert Mugabe, 89 ans, dans un documentaire diffusé ce mois-ci à la télévision sud-africaine. "C'est être trop saint, trop bon. C'est faire preuve de trop de sainteté."

Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Henri-Pierre André

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.