1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Naufrage en Méditerranée : le récit des rescapés

Le Point22/04/2015 à 15:52

Les naufrages de bateaux transportant des migrants se multiplient en Méditerranée. Ici, en juillet 2012, la marine italienne porte secours à des immigrés dont le bateau s'est échoué.

Au cours des semaines précédant la traversée, les immigrés, en provenance de différents pays d'Afrique subsaharienne et de la Corne de l'Afrique, ont été rassemblés par les trafiquants dans une ferme à proximité de Gergarish, à l'ouest de Tripoli, en Libye. "Nous étions entre 1 000 et 1 500, raconte Nasir. Nous dormions par terre, sans couverture. Le jour, il faisait une chaleur terrible. Et très froid la nuit. Pour nous tenir chaud, nous nous serrions les uns les autres." "Dans la ferme, il y avait 60 enfants ou adolescents, se souvient Saïd, un Somalien de 16 ans. Quatre seulement ont survécu." "Nous étions prisonniers et ils nous battaient lorsque nous demandions de sortir pour faite pipi", explique un autre survivant.

Jeudi dernier, les immigrés sont informés que le départ aura lieu deux jours plus tard. Samedi, à la tombée de la nuit, ils sont conduits en camion sur une plage. Arrivé d'Égypte où il avait été acheté quelques jours plus tôt, le chalutier est ancré au large. Jusqu'à minuit, des canots pneumatiques font des allers-retours pour embarquer les immigrés. "Les passeurs nous disaient de nous dépêcher, témoigne Saïd. Ils nous frappaient à coups de bâton pour aller plus vite. Ils étaient furieux parce qu'ils avaient pensé pouvoir embarquer 1 200 immigrés sur ce bateau, mais ils se rendaient compte que ce n'était pas possible. J'avais un morceau de pain et une bouteille d'eau. Ils nous ont dit que nous n'avions pas...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer