Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Nantes ne veut plus occulter son passé négrier

Reuters25/03/2012 à 17:19

NANTES INAUGURE UN MÉMORIAL, POUR CESSER D?OCCULTER SON PASSÉ NÉGRIER

par Guillaume Frouin

NANTES (Reuters) - Capitale française de la traite négrière au XVIIIe siècle, Nantes entend faire la lumière sur son passé longtemps occulté.

La ville inaugure ce dimanche un "Mémorial à l'abolition de l'esclavage" qui se veut le plus important d'Europe et l'un des plus grands au monde.

Ce monument commémoratif en forme de cale de bateau a été symboliquement creusé dans un quai de Loire, d'où partirent 1.710 expéditions négrières chargées de textile, d'armes et d'alcool.

Les cargaisons étaient échangées en Afrique contre des esclaves, déportés à leur tour dans les colonies d'Amérique, d'où les navires nantais revenaient remplis de sucre, de café et de coton.

Ce "commerce triangulaire" a permis l'essor économique de la ville, qui est à l'heure actuelle le seul port négrier français avec Bordeaux à avoir entrepris une telle démarche de mémoire. En Europe, Liverpool (Angleterre) et Amsterdam (Pays-Bas) ont déjà fait de même.

"Nous avons oublié combien ce système économique et culturel avait rendu l'esclavage des Noirs naturel", rappelle la politologue Françoise Vergès, chargée d'organiser chaque année à Nantes des colloques grand public sur le sujet. "On disait même à l'époque que c'était pour eux une source de progrès, qu'en les arrachant à un continent barbare on allait les civiliser."

La décision d'ériger ce Mémorial, prise en 1998 par le conseil municipal de Nantes à l'occasion du 150e anniversaire de l'abolition définitive de l'esclavage, a toutefois mis treize ans à se concrétiser, en raison d'oppositions politiques et d'aléas techniques.

"PAS UN ACTE DE REPENTANCE"

"L'objectif de ce Mémorial, c'est de se souvenir et assumer son passé sans chercher à culpabiliser, ce n'est pas un acte de repentance", a dit vendredi Jean-Marc Ayrault, le député-maire (PS) de Nantes, devant les journalistes. "Je regrette que certains aient voulu diaboliser ce projet, car ils ont tort."

Son prédécesseur (RPR) Michel Chauty avait lui aussi repoussé entre 1983 et 1989 toute démarche commémorative de ce type, car "il craignait de diviser les Nantais et de remettre à la surface des blessures inutiles", a ajouté l'actuel président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale.

Le Mémorial nantais -conçu par son architecte comme "une évocation métaphorique et émotionnelle de la lutte pour l'abolition de l'esclavage"- entend lancer une réflexion plus globale contre toutes les formes contemporaines d'asservissement.

Selon les Nations unies, 27 millions de personnes se trouveraient aujourd'hui en situation d'esclavage à travers le monde, "soit plus de deux fois le nombre total d'esclaves déportés par la traite transatlantique en quatre siècles", relèvent les initiateurs du Mémorial nantais.

"Au moins 200 millions de personnes sont victimes d'asservissement pour dettes, de mariages forcés, de la prostitution et du travail forcé, dont un nombre considérable d'enfants", notent-ils par ailleurs.

En France, plusieurs dizaines de milliers de personnes seraient ainsi réduites au travail forcé comme ouvriers dans des ateliers clandestins ou comme domestiques.

Edité par Patrick Vignal


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.