Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

"N'ayez pas peur", dit Nicolas Sarkozy à ses partisans

Reuters15/04/2012 à 22:35

NICOLAS SARKOZY INVITE SES PARTISANS À NE PAS AVOIR PEUR DE SE FAIRE ENTENDRE

par Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a promis dimanche un nouveau modèle de croissance qui permette à la France de connaître ses "Trente Glorieuses" du XXIe siècle et a invité la "majorité silencieuse" à ne pas avoir peur de se faire entendre dans les urnes.

A une semaine du premier tour de la présidentielle, alors qu'il marque le pas dans des sondages toujours très favorables à son rival socialiste François Hollande, le président candidat a assuré qu'il se battrait jusqu'à la dernière minute.

Il avait réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes -plus de 100.000 selon l'UMP, son parti- place de la Concorde, dans le centre de Paris, pendant que son adversaire réunissait le même nombre de partisans -selon les organisateurs- à quelques kilomètres de là, sur l'esplanade du château de Vincennes.

Pendant 36 minutes, dans un discours truffé de références historiques qui portait la patte de son conseiller Henri Guaino, il a fait appel au soutien de "la France que l'on n'entend jamais parce qu'on ne lui donne jamais la parole (...) la France qui ne proteste pas, la France qui ne casse pas, la France qui en a assez que l'on parle en son nom".

Dramatisant les enjeux de l'élection, il a déclaré que se jouait après ces dernières années de crise "ni plus ni moins que la survie d'une forme de civilisation, la nôtre".

"Nous n'avons pas le droit de manquer notre entrée dans l'ère nouvelle que préparent les bouleversements d'aujourd'hui", a-t-il ajouté en soulignant qu'il ne s'agissait pas le 22 avril et le 6 mai de choisir un camp "mais de décider de l'avenir au moment où l'avenir se joue".

"Je vous propose de réunir les conditions pour que la France organise les Trente Glorieuses du XXIe siècle comme elle a connu les Trente Glorieuses du XXe", a-t-il dit en se référant aux trois décennies de croissance qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale.

FAILLITE CIVILE

Il a illustré cette volonté par plusieurs des propositions de son projet électoral, en matière notamment de formation des jeunes et des chômeurs, d'immigration, de politique européenne.

Le président sortant a prôné aussi la tenue d'un débat sur le rôle que pourrait jouer la Banque centrale européenne (BCE) en soutien de la croissance, une idée qu'il avait déjà évoquée dans le passé et qui figure aujourd'hui dans le programme de François Hollande.

Il a formulé une autre proposition, celle d'une généralisation de la faillite civile, en vigueur pour l'instant dans les seuls départements alsaciens et en Moselle, pour les familles tombant dans le surendettement après un accident de la vie.

Comme il l'a fait lors de précédents meetings, Nicolas Sarkozy a interpellé les électeurs tentés par "les extrêmes", à savoir le vote Front national, parce qu'ils ont souffert de la crise, déclarant: "Les solutions extrêmes n'atténueraient pas leur douleur. Elles ne les protégeraient pas. Elles les feraient souffrir davantage encore. Car les solutions extrêmes sont des mensonges et les mensonges font plus de mal que la vérité."

Il a conclu son discours en invitant cette majorité silencieuse à laquelle il fait maintenant sans cesse référence à ne pas avoir peur de s'exprimer dans les urnes: "Prenez votre destin en main, dressez-vous, prenez la parole, dites ce que vous avez sur le coeur, dites ce que vous voulez pour votre pays, dites-le haut, dites-le fort, dites-le maintenant, n'ayez pas peur!"

"Peuple de France, n'ayez pas peur, ils ne gagneront pas si vous décidez que vous voulez gagner."

Edité par Jean-Stéphane Brosse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.