1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Municipales : l'Etat ne va plus attribuer de couleur politique aux candidats des petites communes
Le Parisien10/10/2019 à 16:48

Municipales : l'Etat ne va plus attribuer de couleur politique aux candidats des petites communes

« Mesure purement électoraliste », « lourde atteinte à la démocratie » : le Parti socialiste et le Rassemblement national ont fustigé jeudi la fin annoncée de l'attribution d'une couleur politique aux candidats des petites communes aux municipales de mars 2020.« Nous savons que pour les plus petites communes, ce système n'est pas forcément adapté. [...] Nous pourrions parfaitement envisager de fixer un seuil, à 3 500 à 9 000 habitants, en deçà duquel l'appartenance politique aux grands courants politiques que nous connaissons n'est pas indispensable », avait déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, lors des questions au gouvernement au Sénat.Une prérogative du préfet critiquée Aujourd'hui, « il y a la capacité pour le préfet de rechercher un certain nombre d'éléments qui permet de donner une attribution politique » aux candidats même si ces derniers ne le souhaitent pas, a rappelé Christophe Castaner. Par exemple « divers gauche » ou « divers droite » ou « centre » pour un candidat qui pourtant souhaiterait se déclarer « sans étiquette ».Sur fond de crise des vocations, des élus locaux et des associations s'étaient alarmés du maintien de cette attribution restée à la main de l'administration préfectorale. Le ministère de l'Intérieur fait valoir que l'attribution d'étiquettes dans ces communes « s'avère de plus en plus difficile » avec « des listes qui se revendiquent comme apolitiques ou citoyennes ». « Pathétique », juge le PSDans un communiqué, le PS a déploré un « tour de passe-passe électoral grossier » : « les électrices et électeurs ont le droit de savoir pour qui ils votent ! », a-t-il lancé. D'autant, avance-t-il que près de 50 % du corps électoral est concerné ». À six mois des municipales, le parti voit dans ce projet une stratégie de la majorité pour « faire un coup double » : LREM, en manque de « candidats en nombre ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer